Vendredi 6 décembre 2019

Marcher, tout un art !

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 28 juin 2018 - 1567 mots

Militante, commémorative ou simplement festive, la marche est un matériau collectif et citoyen revendiqué aussi par les artistes.

En cette année riche en manifestations – syndicales, féministes, étudiantes –, ainsi qu’en célébrations de la révolution de Mai 68, l’exposition « Je marche donc nous sommes » se penche sur l’art bien particulier de marcher, de manifester, de se rassembler pour bâtir ou pour défaire. Revendicatives, commémoratives ou festives, ces marches artistiques empruntent aux manifestations civiles, civiques ou religieuses leurs codes, leur aspect, leurs outils, leurs finalités parfois politiques et militantes, citoyennes, s’échappant quelquefois du côté du poétique, revendiquant un droit de penser autrement, en dehors des cadres institutionnels. Pas étonnant de la part de l’actuelle directrice du Magasin de Grenoble, Béatrice Josse, connue pour son engagement au cours de son mandat au Frac Lorraine. Elle livre ainsi jusqu’en octobre une programmation autour de l’art de prendre l’espace public comme terrain de démonstration de force collective. Arpenter pour mieux fédérer, aller à contre-courant, discuter, partager des expériences qui élaborent un autre monde, tel est ainsi le projet de l’Académie de la marche qui accompagne le projet amorcé fin avril.

La rue, grande halle principale du Magasin, désormais appelé Magasin des horizons, est ainsi occupée par les banderoles et les bannières recouvertes de slogans rédigés par l’artiste helvète Pamina de Coulon qui invite à vivre « des vies un peu plus imprévues », à la « possibilité d’un écart », à « imposer un certain ordre à un certain chaos », assertions écrites à la main lues ici et là.

Des spectateurs citoyens

Étonnante concordance des temps et des esprits, de l’autre côté du pays, les rues de Rennes avaient vu passer un drôle de défilé, La Parade moderne du duo formé par Yvan Clédat et Coco Petitpierre, invités par le centre d’art La Criée. Dix sculptures-costumes en référence aux grands artistes du XXe siècle (Munch, Léger, Ernst, Magritte, De Chirico ou encore Malevitch) ont ainsi marché le 27 mai dernier, au rythme du Boléro de Ravel interprété par une formation locale. Des formes ludiques, des silhouettes-signes reprenant des motifs tirés de tableaux (tour crénelée du Ubu Imperator de Max Ernst ou visage du Cri de Munch). « Avec La Parade moderne, balader de l’art au son d’une fanfare dans les rues d’une ville s’est imposé progressivement comme une évidence. La nature ambiguë de cette pièce, à la fois iconoclaste et rendant hommage à l’histoire, de manière presque pédagogique, nous réjouit », confiaient-ils à la critique d’art Vanessa Desclaux.

Une parade plus proche en effet des carnavals et défilés festifs comme celui organisé par Francis Alÿs en 2002 entre Manhattan et Queens, à l’occasion du transfert temporaire du MoMA. Là, des répliques des chefs-d’œuvre du musée (Demoiselles d’Avignon de Picasso, La Roue de bicyclette de Duchamp et La Femme debout de Giacometti) et la « vraie » artiste Kiki Smith s’étaient retrouvées hissées par une centaine de participants en uniforme au son d’une fanfare (The Modern Procession, 2002), empruntant autant à la tradition du défilé populaire qu’à celle des marches votives religieuses et leurs palanquins adorés. Clairement, dans ces deux exemples, c’est la part festive du déplacement qui constitue le geste artistique, l’art de convier à célébrer, à être ensemble avec l’art, sorti de son temple habituel. Les manifestations sont participatives, plus vraiment du côté du spectacle car, contagieuses, elles amènent le spectateur à s’activer au sein du processus et à s’impliquer en défilant lui-même. C’est là la grande leçon de la marche : elle restitue au public d’exposition sa valeur et son rôle de citoyen, parfois laissé sur le seuil des salles d’exposition immaculées qui semblent tellement déconnectées de la réalité. Marcher rappelle que le temps de l’art est aussi celui de la cité, que les préoccupations des citoyens sont aussi celles du spectateur.

L’art de protester

Bien sûr, à ces marches joyeuses qui célèbrent un art libéré et généreux, il faut associer une autre façon de battre le pavé, davantage protestataire celle-là. On se souviendra volontiers de l’œuvre de jeunesse de Philippe Parreno, qui avait fait défiler des enfants munis de banderoles scandant « No More Reality », slogan repris en chœur par les petites voix excitées (No More Reality II (la manifestation), 1991). L’exposition grenobloise réunit dans cet esprit plusieurs vidéos d’artistes qui ont inventé ou capté des protestations. Clarisse Hahn a ainsi filmé des paysans sans terre réclamant justice à Mexico. Los Desnudos, Notre corps est une arme (2012) montre des hommes et des femmes nus, le sexe caché par des portraits de politiciens. Dans un pays très pudique, où protester est déjà une prise de risque en soi, le faire dans le plus simple appareil constitue un geste d’une force sans précédent que l’artiste a su filmer avec pudeur et justesse, forçant l’admiration pour ces personnes humbles et révoltées qui n’ont plus rien d’autres qu’eux-mêmes pour dire leur indignation.

Même retenue pour une performance organisée et filmée par Katia Kameli pendant le printemps arabe en 2011. Elle y montre des femmes se fabriquer des pancartes à partir de cartons trouvés dans les rues d’Alger et manifester silencieusement. Pas de slogans, ni écrits, ni criés, juste une présence muette mais néanmoins puissante qui amène à réfléchir à ces membres inaudibles de la société, celles qui n’ont pas voix au chapitre lors des décisions politiques prennent le risque de protester en silence. Un silence partagé par les participants à la performance du Hongrois Endre Tót en 1980, Zero Demo. Ici aussi pas de slogan, juste des zéros : une revendication abstraite qui s’avère archi subversive dans une société sous le joug du totalitarisme.

La sélection vidéo offre aussi l’occasion de plonger dans le travail si réjouissant de Sister Corita Kent, nonne pop dont les posters graphiques et l’activité au sein du couvent du Cœur immaculé de la Vierge Marie à Los Angeles font l’objet d’une redécouverte par le milieu de l’art contemporain depuis une petite dizaine d’années. Le film d’une parade mariale organisée par la sœur en 1965 (Mary’s Day Parade) montre des religieuses jouant de la guitare et chantant, accompagnées d’une communauté principalement féminine dans les rues de la Cité des Anges, brandissant des pancartes confectionnées dans le style de Corita Kent avec un art du slogan et un graphisme détonants. L’art de cette artiste entrée dans les ordres fascina les plus grands de ses contemporains – du graphiste Saul Bass au réalisateur Alfred Hitchcock et même jusqu’aux Eames –, car la façon dont elle mixait la littérature, la publicité, la chanson pop et la Bible pour confectionner ses œuvres communicatives et joyeuses était complètement inédite.

Son art du message invitait à la paix, à la fraternité et à l’amour en jouant d’effets de distorsions, de couleurs fluo, d’agrandissements excessifs. Jusqu’au début des années 1970, Sister Corita Kent prendra fait et cause contre la discrimination raciale, pour l’égalité entre les hommes et les femmes, contre la guerre du Viêtnam, organisant de nombreuses marches, festives et engagées, confectionnant son art à même des emballages, jouant sur la profusion graphique de l’époque, avec une générosité dépassant complètement le prosélytisme religieux. Un esprit communautaire que l’on retrouve distillé dans les archives régionales exposées dans le Magasin, des cabinets historiques qui rappellent la lutte de tisserandes de soie en 1906, celle de « Handicapés méchants » en 1979 et des marches plus récentes comme celles des femmes à l’automne dernier. La société marche pour dire ce qu’il faudrait changer, ce qu’elle refuse, et donne aussi à voir les situations opaques du monde du travail et des réalités ignorées.

Ces images d’archives retracent les grandes heures du militantisme grenoblois, mais qu’en est-il aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux ? En 2010, le rédacteur en chef du New Yorker Malcolm Gladwell fustigeait le cybermilitantisme, le qualifiant de slacktivism ou « activisme paresseux », tant il est vrai que simplement adhérer à une pétition en ligne ou à un mouvement de « clicktivisme » peut sembler dérisoire, un engagement facile et sans grand fond. « Si Martin Luther King avait tenté d’organiser un wiki-boycott à Montgomery, il aurait été écrasé par les structures du White Power… Les choses dont avait besoin King – la discipline et la stratégie – ne sont pas ce que peuvent fournir les réseaux sociaux », assénait alors Gladwell. Mais après la vague du « moi aussi » (#metoo) déclenchée à l’automne 2017, force est de constater que le « hashtag activism » a gagné en effectivité et fait bouger les lignes, que la mobilisation citoyenne numérique peut permettre de battre différemment le pavé de l’espace public que constitue aussi le web, de créer un « nous » auquel aspire l’exposition grenobloise.

Celle-ci complète ces perspectives engagées, festives, par des marches différentes – queer ou péripatéticiennes en juin – et spirituelles en juillet. Le 11 précisément, pour Mantra de l’aube – Ouvrir le jour, Bastien Mignot rassemblera les volontaires à 4 h du matin afin d’aller chercher le soleil à son lever dans une vallée des environs de Grenoble, pour partager un moment de communion dans le silence et se connecter avec l’environnement. Si marcher n’est pas forcément revendiquer, l’activité aide à se recentrer tout en retrouvant sa place et sa raison d’être au sein de la communauté, exercice autant d’ascèse que de partage. Parce que marcher n’est jamais innocent.

« Je marche donc nous sommes »
jusqu’au 14 octobre 2018. Magasin des horizons, Centre national d’arts et de cultures, Site Bouchayer-Viallet, 8, esplanade Andry-Farcy, Grenoble (38). Du mercredi au dimanche, de 14 h à 18 h, fermeture du 16 juillet au 21 août 2018. Entrée libre. www.magasin-cnac.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°714 du 1 juillet 2018, avec le titre suivant : Marcher, tout un art !

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque