Une galerie pour VIP

Incognito, espace minime pour public “hype”?

Le Journal des Arts

Le 8 février 2002

Le dernier-né des nouveaux concepts de galerie d’art est un “artclub”?. Située à Saint-Germain-des-Prés, Incognito se veut un espace d’un genre nouveau et convivial, ouvert 24h sur 24 aux amateurs d’art contemporain. Pas de personnel dans ce petit local épuré uniquement consacré aux objets d’art et équipé d’une Webcam qui assure la surveillance du lieu. Une idée originale qui donne à la galerie Incognito un parfum d’air du temps.

PARIS - Au premier abord, le visiteur est perplexe : il se trouve devant une toute petite boutique, dont les murs sont couverts d’une dizaine d’œuvres d’art mais qui est vide de toute présence humaine. Un seul coup d’œil permet d’embrasser l’intégralité du lieu depuis le pas de la porte : il s’agit bien d’une galerie d’art, comme il en existe d’autres dans le quartier, même si celle-ci possède des dimensions vraiment restreintes. À l’entrée, une plaque annonce “Incognito artclub 24h/24”, un numéro de téléphone dit “infoline”, ainsi qu’une adresse Internet, donnant ainsi à chacun la possibilité d’en savoir plus sur ce lieu étonnant.
Incognito, dont le nom a été trouvé par Ben, est née au mois de septembre 2001. Elle est basée sur l’idée de faire de la galerie d’art un lieu plus contemporain qui, à l’heure des remix, devient un “artclub”. Arnaud Brument, un des fondateurs de cette structure associative avec Jean Max Koskiewic et Patrick Scheine, la compare à une boîte de nuit, ouverte à tous les publics et accessible à un nombre restreint de privilégiés. Les adhérents du club – une trentaine pour l’instant – deviennent détenteurs d’une carte magnétique leur permettant d’accéder à la galerie à tout moment. Le montant de l’adhésion est de 500 euros par an, somme considérée comme un acompte pour l’éventuel achat d’une œuvre, une sorte de participation financière grâce à laquelle le visiteur lambda devient le VIP d’une galerie unique en son genre. Également gratifiés d’un identifiant et d’un mot de passe, les membres peuvent accéder à la partie privée du site Internet. Ce dernier, loin d’être le simple miroir du local de Saint-Germain-des-Prés, constitue l’autre moitié d’Incognito, la galerie proprement virtuelle du club. Les collectionneurs s’y voient proposer des œuvres qui ne sont pas exposées rue Guénégaud, en d’autres termes des exclusivités réservées à ce seul cercle d’amateurs. Parmi celles-ci, des pièces récemment acquises par les galeristes, des projets d’œuvres qui seront produites par Incognito et qui peuvent être achetées avant même leur réalisation, ou encore des créations plus particulièrement réalisées pour le support Internet : Webart, vidéos ou cédéroms.
Dédiée aux arts plastiques postérieurs à 1980, la galerie a pour artistes “résidents” Art Orienté Objet et Jean-Luc Parant. Sur les cimaises se côtoient plusieurs noms parmi lesquels, actuellement, Jeff Koons et Martine Aballéa. D’autres artistes, tels que Araki, Olaf Breuning, Sylvie Fleury, Jack Pierson, Pipilotti Rist, Thomas Ruff et Annelies Strba ont aussi été exposés. Valéry Grancher devrait suivre. Les œuvres sont produites par la structure, proviennent des artistes avec accord de leurs galeries ou sont issues du second marché, notamment de ventes publiques. Le seul rapport d’exclusivité qu’Incognito pourrait entretenir avec les artistes concerne la production d’œuvres et l’accompagnement de projets précis et ponctuels, comme la réalisation d’un néon par Ben ou celle d’un cédérom par le groupe Art Orienté Objet.
Remarquablement parée des atours contemporains nécessaires à sa réussite, Incognito est une idée originale, version gadget et ludique de la formule traditionnelle du marchand d’art. Ses créateurs espèrent bien pouvoir implanter ce concept dans les grandes capitales de l’art contemporain comme Zurich ou New York.

- Incognito, artclub 24h/24, 16 rue Guénégaud, 75006 Paris, infoline : 01 40 80 91 55, “Free entrance”? le samedi de 14h à 18h, www.incognito.vu

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°142 du 8 février 2002, avec le titre suivant : Une galerie pour VIP

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque