Mardi 10 décembre 2019

Artcurial

Une collection très française

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 15 janvier 2008 - 776 mots

Le collectionneur Jean Albou se sépare d’une partie de sa collection composée d’œuvres des Nouveaux Réalistes, de la jeune scène française et de la photographie humaniste

PARIS - Le philosophe de formation Jean Albou, conseiller en gestion de patrimoine et collectionneur passionné d’art de son époque, cédera une partie de sa collection les 29 et 30 janvier chez Artcurial, à Paris. Son amitié avec le commissaire-priseur Francis Briest et son arrivée le 22 octobre 2007 en tant que membre du comité de développement du groupe Artcurial ont orienté son choix de la maison de ventes.
La collection Albou rend compte d’une grande passion pour les Nouveaux Réalistes, née de ses rencontres avec les artistes du mouvement. L’amateur s’est lié d’amitié avec César, Arman, Hains, Villeglé, « sans oublier leur mentor, Pierre Restany ». « J’ai eu, d’une certaine manière, à leur contact, l’impression d’entrer dans leur famille. Nice, après tout, c’est aussi mon pays..., écrit-il dans son introduction au catalogue. J’ai commencé à acheter au début des années 1990 quand tout s’effondrait dans les ventes publiques. Quand des marchands en étaient à déposer leur bilan. » Aujourd’hui, Jean Albou souhaite que les œuvres rejoignent d’autres collections. Il précise : « J’ai toujours acheté ce que j’aimais. Je n’ai jamais calculé. Je n’ai jamais spéculé. Bien sûr, j’ai revendu des œuvres. Mais c’était uniquement pour en racheter d’autres. » Avec le fruit de cette vacation, il projette de construire une maison à La Croix-Valmer (Var), soit un lieu dédié à l’art avec un jardin de sculptures surplombant la mer. Il entend également se recentrer sur la jeune création française.

César, Arman, Spoerri, Raysse...
L’œuvre de César est notamment représenté par Tubes (1959), fer soudé issu de la série des plaques, estimé 300 000 à 400 000 euros ; une Compression Motocyclette (vers 1970), estimée 150 000 à 180 000 euros, ou encore un Pouce (1983) de 1,40 m de haut sculpté en marbre de Carrare et estimé 250 000 à 300 000 euros. D’Arman, Jean Albou a réuni plusieurs pièces emblématiques telles Accord majeur (1962), coupe de violoncelle sur panneau de bois, estimée 280 000-350 000 euros ; La Poubelle des Halles (1961), estimée 100 000 euros, qui fait partie de la série très recherchée « des poubelles », et un rare Mur des communications (1970), inclusion de téléphones dans du béton, pièce ayant participé à la plupart des expositions consacrées à Arman, estimée 60 000 à 80 000 euros. Citons encore Après le temps menaçant (1965), fauteuil brûlé et cassé, enduit de plastique, appartenant à la série des combustions, estimé 60 000 à 80 000 euros ; Allure d’objet (1960), traces d’objets sur peinture marouflée sur papier, provenant de l’ancienne collection Jean Pierre Raynaud, estimé 120 000 à 150 000 euros, et une Colère de violon (1961) attendue pour 180 000 euros minimum. Toujours des Nouveaux Réalistes, on retiendra le tableau-piège Eaten by Marcel Duchamp (1964), pièce historique de Daniel Spoerri qui fut achetée par Arman lors de l’exposition new-yorkaise à la Allan Stone Gallery en mars 1964, estimée 100 000 à 150 000 euros ; Bel Été concentré (1967) de Martial Raysse, l’un des quatre exemplaires conçus avec un néon, estimé 120 000 à 150 000 euros, et Avenue de La Bourdonnais (1956), affiches lacérées sur toile de Raymond Hains, estimées 80 000 à 120 000 euros.
Au chapitre dédié à la création plus contemporaine, on notera Le Monde/Le Chaos (1990), œuvre de Chen Zhen composée de pages du quotidien Le Monde régénérées par le feu, estimée 350 000 euros au bas mot, et le spectaculaire Orgue à pets (1996) de Gilles Barbier, mannequin de verre soufflé estimé 80 000 à 120 000 euros.
Avec cette vente, Jean Albou souhaite mettre un terme à sa collection de photographies démarrée il y a peu. « C’est un hommage à Serge Aboukrat. À partir de 2000, il m’a conduit vers un chemin que je n’aurais jamais emprunté sans lui », raconte-t-il. La photographie humaniste y est à l’honneur avec d’importants tirages d’époque, à l’instar de Nu Provençal, Gordes (été 1949), et Carrefour Sèvres-Babylone (Paris, 1948) par Willy Ronis, estimés 10 000 euros chacun, ainsi que de Lella (France, 1948), tirage signé Édouard Boubat estimé 20 000 euros. Brassaï est représenté par dix clichés, tous acquis lors de la succession du photographe proposée à Paris en 2006 (SVV Millon), parmi lesquels Nu (v. 1932), tirage argentique d’époque estimé 30 000 euros. Un bon test pour le marché.

COLLECTION JEAN ALBOU, ITINÉRAIRE D’UN PASSIONNÉ, ventes les 29 (Art contemporain) et 30 janvier (Photographie) à l’hôtel Dassault, Artcurial, 7, rond-point des Champs-Élysées, 75008 Paris, tél. 01 42 99 20 20, www.artcurial.com

COLL. JEAN ALBOU - Expert : Martin Guesnet (art contemporain), Grégory Leroy (photographie) - Estimation : 5 millions d’euros 600 000 euros - Nombre de lots : 123 110

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°273 du 18 janvier 2008, avec le titre suivant : Une collection très française

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque