Art impressionniste

Une belle colère

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 20 juillet 2007

Deux tableaux impressionnistes de Monet ainsi que six fragments des Nymphéas du peintre sont mis aux enchères à Drouot chez Millon.

PARIS - L’art impressionniste sera à l’affiche à Drouot le 19 mars sous le marteau d’Alexandre Millon à l’occasion de la vente de huit œuvres de Claude Monet provenant de deux particuliers français. Sous-bois, effets de soleil, une huile sur toile de 55 x 45,5 cm, datée vers 1878, et La Seine à Lavacourt, une huile sur toile de 46 x 61 cm peinte en 1879 – l’étude préparatoire pour le tableau du même nom conservé dans la collection Helen Clay Frick Foundation à Pittsburgh (Kansas, États-Unis) –, ont été estimés 500 000 à 700 000 euros chacune. « C’est un prix raisonnable qui compense l’absence de signature », commente le jeune commissaire-priseur. Notons que ces deux toiles de Monet ont été exposées : la première au Musée de l’Orangerie à Paris en 1941, la seconde au Los Angeles County Museum of Art en 1960. Elles avaient été cédées à Paris par la même société de ventes le 25 mars 1994 pour 350 000 euros, prix marteau. La mise est donc aujourd’hui doublée.

Fragments de tableaux
D’autres œuvres du peintre retiendront davantage encore l’attention dans cette vente. Six fragments de Nymphéas, « des vibrations sur le bassin » d’environ 20 x 20 cm, ne sont jamais passés en vente publique. Ils sont estimés 40 000 à 60 000 euros pièce. « C’est durant sa période des Nymphéas que Monet poussa ses plus grandes colères. Que de toiles trouées à grands coups de pieds rageurs ou lacérées au couteau ! Un certain nombre de fragments de ces tableaux déchirés les jours de tempête ont d’ailleurs été sauvés par Blanche ou Michel. Et c’est heureux… », écrit l’expert Cécile Ritzenthaler dans le catalogue. Bien que Daniel Wildenstein ne considérât pas ce type de pièces comme des œuvres d’art à part entière, le marché semble aujourd’hui passer outre ces observations d’historien de l’art. Selon l’expert, « il faut les prendre comme un travail préparatoire du peintre, de recherches gestuelles et chromatiques ». Et là, le marché est prêt, ainsi que le démontre la vente-test du 22 mars 2006 de la SVV Millon & associés dans laquelle un fragment de Nymphéas estimé 8 000 euros s’est envolé à 85 550 euros. Une douzaine d’enchérisseurs étrangers étaient actifs au téléphone sur ce lot qui est finalement parti outre-Atlantique. Il y a quinze ans, il eut été considéré comme un débris invendable. Aujourd’hui, les amateurs d’art moderne et contemporain prêtent attention à ces précieuses petites œuvres abstraites.

RTS PREMIERS, ART MODERNE ET ART CONTEMPORAIN

Vente le 19 mars à Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Millon & associés, tél. 01 47 27 95 34 ; expositions publiques : le 17 mars 11h-18h et le 19 mars 11h-12h, www.millon-associes.com

ARTS PREMIERS, ART MODERNE ET ART CONTEMPORAIN

- Experts : Cécile Ritzenthaler, Claude-Annie Marzet, Jacques Mostini, Sylvie Colignon et le Cabinet Schoeller (arts premiers) - Estimation : 2,5 millions d’euros - Nombre de lots : 161

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°255 du 16 mars 2007, avec le titre suivant : Une belle colère

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque