Dimanche 8 décembre 2019

Sociétés de ventes en ligne sur Internet

Le Journal des Arts

Le 25 janvier 2002 - 660 mots

Avec l’envolée du marché
de l’art contemporain,
de nombreuses sociétés de ventes en ligne sur Internet, spécialisées dans les gravures
et les multiples, ont été créées ses dernières années. Inside Space, Counter Editions,
The Multiple Store et Eyestorm ne sont que les plus fructueuses d’entre elles.

LONDRES (de notre correspondante) - Depuis le Pop’ Art, les gravures et les multiples n’avaient pas connu un tel engouement. Des artistes comme Damien Hirst, Tracey Emin, Jean-Marc Bustamante, par exemple, figurent parmi ceux qui proposent aujourd’hui des créations spécifiques pour ces types de supports. Leurs productions sont distribuées en grand nombre et certaines des éditions de Eyestorm sont tirées à 1 000 exemplaires, tandis que la norme se situerait plutôt entre 300 et 500. Mais les œuvres d’art en deux dimensions ne sont pas les seules concernées : le marché des multiples tridimensionnels connaît lui aussi un essor notable. Le Multiple Store ne vend pratiquement que ce type de pièces. Counter Editions s’apprête à lancer une édition d’un petit mannequin de Jake et Dinos Chapman et Eyestorm propose également des multiples tridimensionnels comme la montre Swatch de Jean-Michel Basquiat. Les artistes qui réalisent des multiples disent être motivés par le fait d’élargir l’accès à leurs œuvres, de permettre au public de les acheter plus facilement. De leur côté, les éditeurs estiment vouloir repousser les frontières et emmener les œuvres des artistes vers d’autres horizons. Mais la véritable explication à cet engouement s’explique par un fructueux marché, tant pour les éditeurs que pour les artistes. L’art contemporain est en effet devenu branché et le “yuppie” moyen ne se contente plus de l’affiche encadrée achetée à la Tate Gallery ou au Centre Pompidou ; il préfère une œuvre d’art engagée, mais à un prix raisonnable. Par ailleurs, les nouvelles sociétés de vente en ligne misent sur l’investisseur qui sommeille en tout acheteur, puisque ce dernier espère que ses multiples, un jour, lui rapporteront gros. Cependant, Internet ne s’est pas montré à la hauteur de ses promesses et les nouvelles sociétés spécialisées dans les multiples ont compris que la vente en ligne n’était pas suffisante. Toutes ont, depuis, ouvert des galeries et se sont fait connaître à l’occasion des foires d’art contemporain ou en s’associant à des expositions. Pour sa part, Inside Space ne passe pas de commandes auprès des artistes, mais possède un stock important d’œuvres déjà éditées et signées des plus grands plasticiens contemporains. Cette entreprise, qui était à l’origine une société de vente en ligne, a finalement ouvert une galerie à Londres, dans le grand magasin Selfridges, et un autre point de vente à Oxford Circus. Les pièces et reproductions proposées par ces nouveaux éditeurs sont-elles vraiment originales ? Les nouveaux acheteurs comprennent-ils vraiment ce qu’ils achètent ? Selon Alan Cristea, l’un des plus grands éditeurs de multiples d’artistes au Royaume-Uni, trois raisons poussent les artistes à réaliser un multiple : “Créer une œuvre d’art originale, diffuser leur œuvre et augmenter leurs revenus. Cependant, si l’artiste ne manifeste pas un réel intérêt pour les différents supports et techniques de production de multiples, la première raison – mais aussi la plus importante – est éliminée d’emblée et la production d’une édition limitée de multiples se réduit à un simple exercice lucratif.” Réaliser une série de gravures au carborundum mise en couleur à la main, comme celle que vient de produire Gillian Ayres pour Alan Cristea, représente un lourd investissement. Cet ensemble n’a pu être produit qu’en édition limitée à 35 exemplaires en raison du coût et du temps de travail. La production a nécessité un investissement supérieur à 60 000 livres sterling (97 116 euros), et seules trois gravures pouvaient être tirées par jour. Aujourd’hui pourtant, on peut obtenir des reproductions d’œuvres de très bonne qualité par offset, lithographie, sérigraphie ou tirage photographique. Ces procédés sont relativement rapides et bon marché et les marges bénéficiaires pour les éditeurs et les artistes sont potentiellement énormes. Mais, plus l’édition est importante, moins elle prendra de valeur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°141 du 25 janvier 2002, avec le titre suivant : Sociétés de ventes en ligne sur Internet

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque