Mardi 11 décembre 2018

Raymond Loewy chez Mickey Mouse

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 janvier 1996 - 242 mots

Le 11 décembre, 101 lots d’archives constituées par Raymond Loewy, concernant principalement son travail pour la NASA, ont été dispersés par Me Alain Castor au cœur de Disneyland-Paris. La vente avait lieu sur ordonnance du Tribunal de commerce de Paris, les archives ayant été acquises à la fin des années soixante-dix par un établissement financier qui est actuellement en redressement judiciaire.

MARNE-LA-VALLÉE - La dispersion des documents, dont la plupart avaient figuré dans l’exposition consacrée en 1990 par le Centre Pompidou au célèbre designer français, décédé en 1986 à l’âge de 93 ans, a failli tourner à la catastrophe. En raison des gigantesques embouteillages qui séparaient la capitale du Magic Kingdom, Me Castor n’a pu arriver que cinq minutes avant la vente, à laquelle n’assistaient, pour les mêmes raisons, que 80 personnes sur les 200 espérées. Grâce aux enchères par téléphone et à l’enthousiasme d’une dizaine d’enchérisseurs dans la salle, Me Castor a finalement réalisé un produit de 410 000 francs, quelque 100 000 francs au-dessus de l’estimation.
 
On croyait toutes les archives de Raymond Loewy dispersées, après la vente organisée par Mes Faure et Rey, le 10 juin à Houdan, près de Rambouillet, de plusieurs milliers de documents ayant appartenu à la veuve du designer ainsi qu’à un groupe de trois marchands. Cette vacation, en un seul lot, n’avait recueilli que 3,2 millions de francs, contre une estimation de 5 à 6 millions. L’identité de l’acheteur n’a jamais  été révélée.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°21 du 1 janvier 1996, avec le titre suivant : Raymond Loewy chez Mickey Mouse

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque