Dimanche 25 octobre 2020

Questions à... Sandor Gutermann

Spécialiste en design chez Pierre Bergé & Associés

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 21 avril 2009 - 145 mots

Quelle audience rencontrent ces meubles aujourd’hui ?
Un public d’amateurs, essentiellement de quadragénaires d’un niveau social élevé, s’y intéresse depuis environ quatre ans. Cela ne correspond pas à une mode, mais à la nostalgie de toute une génération qui se retrouve culturellement sur une période de création. Le choix de l’acier, plutôt que du plastique, relève d’une démarche assez élitiste.

Existe-t-il des faux ?
Dès que quelque chose vaut de l’argent, c’est inévitable. Le problème de l’acier inoxydable est qu’il se refait facilement et qu’il ne se patine pas avec le temps. On peut néanmoins différencier une création originale d’une contrefaçon par la qualité des soudures et du pliage des feuilles d’acier. Pour les artistes très cotés et référencés, comme Maria Pergay, la provenance d’une pièce est un gage d’authenticité. Commencent aussi à apparaître des certificats d’authenticité, un plus sur ce marché encore à défricher.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°613 du 1 mai 2009, avec le titre suivant : Questions à... Sandor Gutermann

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque