Mercredi 14 novembre 2018

Bruxelles

Place aux libraires

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 12 novembre 2007 - 480 mots

La foire Grands Antiquaires à Bruxelles s’ouvre à de plus jeunes antiquaires.
Du 9 au 11 novembre, elle entend aussi attirer les bibliophiles.

 BRUXELLES - Reprise en main l’an dernier par Pierre Bergé & Associés, la foire bruxelloise Grands Antiquaires continue son petit bonhomme de chemin en intronisant de plus jeunes marchands, comme Jérôme Sohier (Bruxelles), et son escarcelle de meubles scandinaves par Bodil Kjaer et Poul Kjaerholm. Autre ouverture, celle effectuée en direction de six libraires. Cette greffe suggère-t-elle une fusion entre ce salon et celui du livre ancien organisé en décembre 2006 ? « Non. Le salon de bibliophilie n’a pas lieu en décembre prochain car les dates des ventes publiques ont été avancées, mais il est reporté au premier semestre 2008 », précise Olivia Roussev, organisatrice des deux événements. La précédente édition du Salon du livre ancien n’avait toutefois récolté qu’un succès mitigé. Le poids de Pierre Bergé & Associés dans le marché de la bibliophilie, et la casquette d’expert en ventes publiques de certains libraires motiveraient-ils ces retours ? « Je reviens parce que j’ai bien vendu la dernière fois. J’ai même rencontré un collectionneur belge que je ne connaissais pas », indique le libraire Benoît Forgeot (Paris). Pour Bertrand Meaudre, de la librairie Lardanchet (Paris), « en Belgique, il y a vraiment une place à prendre par les libraires français, car il n’y a quasiment plus d’acteurs locaux ». Sans s’être concertés, ces deux marchands affichent un dénominateur commun, Mazarin. Forgeot présente l’édition originale des livrets de deux opéras italiens montés à la demande du cardinal, exemplaire provenant de la bibliothèque du prince de Condé, tandis que Lardanchet propose une mazarinade.
Si la section des tableaux anciens bat de l’aile avec le retrait de David Koetser (Zurich), la sculpture déjà bien représentée par Ratton-Ladrière (Paris) hérite d’une nouvelle recrue, Univers du Bronze (Paris). Les arts non occidentaux profitent eux de l’arrivée d’Alain Bovis (Paris), lequel prévoit une statuette Bangwa du Cameroun, et surtout du retour de Zen (Bruxelles). Un raffermissement qui coïncide avec la tenue simultanée de Brussels non European Art Fair (Bruneaf) d’hiver. « Grands Antiquaires attire un public qui ne viendrait pas à Bruneaf où se rendent des personnes averties et concernées par les arts primitifs, observe le marchand d’art africain Patrick Claes (Bruxelles). Mes propres clients sont plus disposés à acheter un objet important sur le salon plutôt qu’en galerie. » Du coup, celui-ci réserve à Grands Antiquaires ses pièces de plus haute volée, notamment un fétiche à miroir du Congo. Fait nouveau, il fera dialoguer ses objets avec cinq tableaux modernes, dont un Simon Hantaï. « C’est une façon de faire rentrer dans mon stand des gens qui ne regardent pas l’art africain », explique-t-il. Une manière aussi de reconstituer à son échelle le mélange des genres à l’œuvre sur tout le salon.

Grands Antiquaires

9-11 novembre, Pierre Bergé & Associés, 40, place du Grand Sablon, Bruxelles, www.grandsantiquaires.be, les 9 et 10 11h-20h, le 11 11h-18h

Grands Antiquaires

- Organisation : Olivia Roussev - Nombre d’exposants : 24 - Tarif des stands : 600 euros le m2, incluant le catalogue et le dîner de gala - Nombre de visiteurs en 2006 : 3 500

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°268 du 2 novembre 2007, avec le titre suivant : Place aux libraires

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque