Dimanche 8 décembre 2019

Ventes publiques

A New York, de solides ventes d’art contemporain

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 21 mai 2018 - 669 mots

NEW YORK / ETATS-UNIS

Les grandes ventes d’art contemporain de Sotheby’s, Phillips et Christie’s affichent de bons résultats sans effets spectaculaires.

Christie’s avait ouvert la saison 2018 sur une note haute avec la dispersion de la collection Rockefeller, devenue la « vente du siècle » (832,5 M$*). La semaine suivante, du 14 au 18 juin 2018, les trois maisons leader du marché de l’art contemporain, Sotheby’s, Christie’s et Phillips qui  proposaient leurs habituelles ventes aux enchères du soir, ont affiché de bons résultats, sans toutefois créer la surprise. 

Les trois auctioneers ont enregistré un fort taux de lots vendus : 91% pour Christie’s et Phillips, et 97,3% pour Sotheby’s. Christie’s a totalisé 397 millions de dollars (336,4 M€) avec 65 lots, un volume total inférieur à la vente de 2017 (448 millions de dollars) qui proposait 70 lots. Seulement neuf lots n’ont pas franchi la barre du million de dollars, et neuf se sont envolés au-delà de 10 millions de dollars. Sotheby’s passait à l’encan 75 lots, dont 26 de la collection Morton et Barbara Mandel. La vacation enregistre un total de 392,3 milions de dollars (332,3 M€), un montant supérieur à celui de la saison dernière où les 51 oeuvres proposées à la vente avait rapporté 319 millions de dollars (270,2 M€) à la maison. Seulement huit lots n’ont pas dépassé la barre du million de dollars, et dix ont dépassé la barre des 10 millions de dollars. Plus modeste que ses concurrentes, Phillips venait d'enregistrer une vente record pour la maison en mars 2018 à Londres en totalisant 135,1 millions de dollars (114,3 M€) pour la vacation d’art contemporain. A New York, elle atteint 131,6 millions de dollars (111,4 M€) avec 35 lots, pas de nouveau record mais une progression de  20% comparé à la même période en 2017 (110,2 M$) et de 131% par rapport à 2016 (10,5 M$).

Contrairement à l’an dernier, qui voyait une oeuvre (sans titre) de Jean-Michel Basquiat s’envoler pour 110,5 millions de dollars chez Sotheby’s, acquise par le collectionneur japonais Yusaku Maezawa, aucune oeuvre nl’aura rejoint le club très fermé des oeuvres dépassant les cent millions de dollars. Mais une fois encore ce sont les mastodontes du marché qui dominent. Study for Portrait de Francis Bacon a été adjugé 49,8 millions de dollars (42,2 M€) et Double Elvis d'Andy Warhol est parti pour 37 millions de dollars (31,3 M€) chez Christie’s. Deux oeuvres de Jean-Michel Basquiat ; Flesh and Spirit chez Sotheby’s s’est envolé pour 30,7 millions de dollars (23,7 M€) et Flexible chez Philips a été adjugé  45,3 millions de dollars (38,3 M€). Number 31 de Jackson Pollock, record de la vente chez Sotheby's, a été adjugé 34 millions de dollars (28,8 M€). 

Chacune des maisons a enregistré son lot de nouveaux records pour des artistes. Chez Phillips, Robert Motherwell pulvérise son précédent record (3,6 M$) mais demeure dans l’estimation basse (12-18 $M) en atteignant 12,6 millions de dollars (10,7 M€) pour l’oeuvre At Five in the Afternoon. Pat Steir a dépassé la barre du million avec Elective Affinity Waterfall (2,2 M$), doublant son précédent record détenu par Smaller Yellow on Blue Waterfall (975 000 $) chez Sotheby’s en 2017. Le seuil des dix millions de dollars est désormais atteinte pour Joan Mitchell avec Blueberry (16,6 M$) et pour Nicolas de Staël avec Nu Debout (12,1 M$) chez Christie’s. Sous le marteau de Sotheby’s Pacific Coast Highway and Santa Monica de David Hockney vendu pour 28,4 millions de dollars (24 M$) réalise un nouveau record pour l’artiste. 

A Paris, les grandes ventes aux enchères d’art contemporain se dérouleront début juin. Parmi les lots phares proposés lors de ses vacations ; Fleurs de Nicolas de Staël estimé entre 3,5 et 5,5 millions d’euros passera à l’encan chez Christie's le 7 juin, Elément mécanique de Fernand Léger, estimée entre 2 et 3 millions d’euros chez Artcurial le 4 juin ou encore 21.03.69 de Zao Wou-ki estimé entre 2,2 et 3,2 millions d’euros chez Sotheby’s le 6 juin. 

NOTE

* Hormis les estimations, tous les prix sont indiqués frais acheteurs inclus.

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque