Dimanche 22 septembre 2019

Mutations paradoxales

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 11 janvier 2011 - 91 mots

PARIS - Des volumes élémentaires enrobés d’une fausse fourrure et des bêtes curieuses (lapins ou castors semblant sortis d’un dessin animé) entièrement recouverts par ce même pelage opaque…

L’artiste new-yorkais Carl D’Alvia expose à la galerie g-module, à Paris, ses sculptures étranges, à la fois attachantes et repoussantes, où la vision de motifs familiers est entravée par cette peau fictive exécutée
en résine. Une apparence soyeuse que contredit la dureté de la matière, pour des objets pleins de paradoxes.

Galerie g-module, 15, rue Debelleyme, 75003 Paris, tél. 01 42 71 14 75. Du 16 mars au 28 avril.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°255 du 16 mars 2007, avec le titre suivant : Mutations paradoxales

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque