Foire

Mirabaud, le discret mécène de la Fiac Hors les murs

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 17 octobre 2019 - 642 mots

PARIS

La banque genevoise, installée à Paris, est le partenaire de l’installation de Yayoi Kusama place Vendôme

Vue de l'installation de Yayoi Kusama sur la place Vendôme lors de la Fiac Hors les Murs: Life of the Pumpkin Recites, All About the Biggest Love for the People(2019) - Courtesy Ota Fine Arts, David Zwirner et Victoria Miro © Yayoi Kusama / Photo Marc Domage
Vue de l'installation de Yayoi Kusama sur la place Vendôme lors de la Fiac Hors les Murs: Life of the Pumpkin Recites, All About the Biggest Love for the People (2019)
© Yayoi Kusama / Photo Marc Domage
Courtesy Ota Fine Arts, David Zwirner et Victoria Miro

Depuis trois ans, Mirabaud finance la carte blanche donnée à un artiste par la Fiac pour créer une œuvre spécifique sur la place Vendôme. Lionel Aeschlimann, associé gérant de la banque genevoise, responsable de sa collection d’art contemporain, en explique les raisons.  

Vos actions de mécénat sont surtout réalisées à Genève. Pourquoi soutenir la Fiac à Paris ? 
Nous soutenions déjà l’art contemporain à Genève. Paris est pour nous symbolique tandis que la Fiac est une très belle foire, qui plus est dirigée par Jennifer Flay et sa très belle équipe, que nous estimons beaucoup. Les familles fondatrices de la banque Mirabaud ont des racines en France qui remontent à la révocation de l’Édit de Nantes et à la fuite d’un certain nombre de Huguenots vers Genève. L’ouverture de nos bureaux à Paris en 2003 a été une manière de revenir à nos origines. Quand nous avons envisagé les différentes possibilités d’étendre nos actions de mécénat en faveur de la création contemporaine notre choix s’est donc porté naturellement vers Paris, puis vers la Fiac qui est la première et unique foire que nous soutenons depuis trois ans.

Pourquoi ce choix de mécéner une œuvre ? 
On a eu de nombreuses discussions à ce propos avec les équipes de la Fiac. Nous aurions pu devenir partenaire officiel aux côtés des Galeries Lafayette. Avoir notre nom tout en haut des partenaires nous mettait au même niveau, mais sans souligner notre engagement qui n’est pas simplement de soutenir financièrement une foire. La place Vendôme est plus ciblée, il s’agit d’une place de pouvoir, très classique qui rappelle notre histoire bicentenaire. Inviter des artistes contemporains comme Oscar Tuazon, le duo Elmgreen & Dragset et aujourd’hui Yayoi Kusama à la transformer s’inscrit dans ce qui est cher à nos valeurs : être ancré dans le présent et être attentif aux choses qui nous interpellent, surprennent. Par ailleurs, la place Vendôme est accessible à tous, alors que visiter la Fiac suppose d’acheter un billet. Nous sommes attachés à l’accès à la culture pour tous. 

Qui a choisi l’artiste pour la place Vendôme ? 
C’est Jennifer Flay et ses équipes. Nous ne souhaitons pas nous immiscer dans les choix artistiques. Nous ne le faisons pas davantage quand nous soutenons le Mamco ou Zurich art weekend. Soutenir et s’engager, c’est respecter l’indépendance et la liberté des curateurs.

Entendez-vous renouveler votre contrat de trois ans qui arrive à échéance à la fin de cette édition ? 
Il ne s’agit pas de faire une chose une fois et de repartir. Nous sommes une entreprise familiale non cotée en bourse. Quand on construit quelque chose on aime l’inscrire dans la durée.

Quelles sont vos autres actions de mécénat ?
Mirabaud est une banque familiale depuis sept générations et fête cette année son bicentenaire. Dans le cadre de ce jubilé, nous offrons en 2019 l’entrée aux visiteurs du Mamco à Genève, dont l’un de nos associés a contribué à la création il y a trente ans et que nous soutenons dans ses acquisitions depuis quelques années. Grâce à ce soutien, lors d’Art Genève, le Mamco dispose d’un stand, vide le premier jour, qui se dote progressivement d’acquisitions faites durant la foire. Dans le cadre de notre bicentenaire, nous avons également offert à la ville de Genève une sculpture de l’artiste suisse Not Vital inaugurée il y a quelques jours dans l’espace public et qui s’intitule “Moon”

Quelle est votre « philosophie » du mécénat ?
Nous le faisons pour soutenir l’art et la culture. Mirabaud est une banque de patrimoine et de gestions d’actifs. Nos racines font que nous sommes discrets. Jusqu’à il y a peu de temps le nom de la banque était inscrit sur une toute petite plaque près de l’entrée de notre siège. 
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque