Samedi 7 décembre 2019

L’Orient à Paris

L'ŒIL

Le 1 septembre 2002 - 129 mots

Le 30 septembre, l’Etude Boisgirard organise à Drouot une vente consacrée aux arts d’Orient. De nombreuses pièces, souvent rares, sont proposées. Ainsi la première partie de la vente est consacrée à la dispersion de la collection Bouvier commencée dans les années 30 : une centaine de tapisseries coptes et islamiques d’Egypte, soit dix siècles d’un art fragile et magnifique. Puis viennent 150 lots archéologiques du Moyen et Proche-Orient, d’Asie centrale, de Bactriane, dont des œuvres parfois millénaires (vallée de l’Indus, Egypte). Enfin, la dernière partie de la vente rend hommage à l’art islamique avec une centaine de pièces telles qu’un coffret seldjoukine en bronze (estimation 30 000-40 000 euros), ou un collier fatimide en or estimé entre 12 000 et 15 000 euros.

- Drouot-Richelieu, étude Boisgirard, 30 septembre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°539 du 1 septembre 2002, avec le titre suivant : L’Orient à Paris

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque