Lundi 10 décembre 2018

Photographie

L’œil des peintres

Le Journal des Arts

Le 5 décembre 2003 - 402 mots

La galerie Jeanne Bucher propose d’émouvants témoignages de trois grands peintres et photographes amateurs : Degas, Bonnard et Vuillard.

 PARIS - L’exposition « Bonnard, Degas, Vuillard photographes » à la galerie Jeanne Bucher, à Paris, est surprenante à bien des égards. D’une part, elle est consacrée à la photographie, ce qui est une première dans l’histoire de la galerie. De l’autre, elle n’a aucun caractère commercial et présente des reproductions modernes d’images anciennes ! Enfin, les artistes qui y figurent sont bien plus âgés que ceux qui habillent d’ordinaire ses cimaises. « Nous avons cherché à nous ouvrir à la pho-
tographie à travers l’œil de peintres », explique Frédéric Jaeger, qui a conçu l’exposition avec son père, Jean-François Jaeger, et Louis Deledicq. « Nous présentons de très beaux originaux prêtés par les descendants des artistes et des institutions, mais ces tirages sont surtout là pour permettre une confrontation avec les agrandissements numériques que nous avons fait réaliser pour l’occasion. Nous avons voulu donner à voir le regard des peintres et offrir ce plaisir. » L’exposition est construite autour de trois grandes personnalités de la peinture de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, lesquelles ont chacune pratiqué la photographie en dilettante. Edgar Degas (1834-1917) d’abord, qui infligeait de longues séances de pose à ses amis Renoir et Mallarmé, et aimait à se représenter parmi ses proches dans son salon, feignant d’ignorer l’appareil. Sa surprenante série de huit clichés d’une danseuse apparaît bien moderne dans les poses ainsi que par les accidents de matière des épreuves. Les photographies d’Édouard Vuillard (1868-1940) et de Pierre Bonnard (1867-1947) sont plus spontanées, les deux amis possédant chacun un appareil Kodak. Les images de Vuillard sont le reflet de l’univers intime que l’artiste a peint, et la série de Bonnard « Marthe au jardin » témoigne de la douceur et de la pudeur du regard aimant que porte l’artiste sur son modèle favori.
Le visiteur ressort de la galerie Jeanne Bucher avec l’étonnante sensation d’y avoir retrouvé des proches. Henri Cartier-Bresson, ému aux larmes lors de sa visite, a composé un touchant hommage aux peintres-photographes reproduit en introduction au catalogue.

BONNARD, DEGAS, VUILLARD PHOTOGRAPHES

Jusqu’au 23 décembre, galerie Jeanne Bucher, 53 rue de Seine, 75006 Paris, tlj sauf lundi 9h30-18h30 et samedi 10h-12h30, 14h30-18h, tél. 01 44 41 69 65, www.officieldesarts.com/jeanne-bucher. Catalogue galerie Jeanne Bucher/éditions du Cercle d’Art, 58 p, 30 euros. ISBN 2 702207324.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°182 du 5 décembre 2003, avec le titre suivant : L’œil des peintres

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque