Jeudi 19 septembre 2019

Arts asiatiques

L’étrange Feci Auction

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 23 avril 2014 - 650 mots

Le boom du marché de l’art asiatique suscite bien des convoitises et attire d’insolites nouveaux acteurs, tel l’OVV Feci Auction.

PARIS - Feci Auction, est un opérateur de ventes (OVV) franco-chinois établi à Paris depuis 2012, dont la déclaration a été faite auprès du Conseil des ventes volontaires en novembre de la même année. Jusque-là rien d’anormal. Mais sa vente du 8 décembre 2013 a fait apparaître plusieurs bizarreries. Ainsi un vase décrit comme « de la famille rose, dynastie Qing, époque Qianlong », estimé 18 000 à 22 000 euros, proviendrait de « l’ancienne collection australienne d’Alfred Hobson (1903-1981) ». Or, en effectuant quelques recherches sur Internet, la même photo d’époque apparaît, identique en tous points, sur Wikisource. Sur ce site, le collectionneur en question n’est plus australien mais américain, né à Allegheny City en Pennsylvanie, non pas en 1903 mais en 1848 (il meurt en 1906). D’ailleurs, la photo le représente en costume du XIXe siècle et non pas du XXe siècle.

Sur la même page du catalogue de ventes figure une autre photo représentant sa supposée nièce, tenant le fameux vase. Elle porte un tailleur tout à fait de notre époque ! À l’arrière-plan, un papier peint à motifs est analogue à celui d’une photo portée au catalogue d’Artcurial (vente du 10 décembre 2013), sur laquelle figure un homme âgé assis sur un fauteuil tenant un vase décrit comme suit : « vase hu en porcelaine à glaçure flammée, dynastie Qing, marque et époque Qianlong ». Ce vase provient d’une collection privée sino-australienne (encore), qu’Artcurial a retiré in extremis de sa vente. Probablement mis en garde, la maison de ventes de l’hôtel Dassault a émis des doutes sur l’authenticité de l’objet et n’a pas souhaité prendre de risques. Seraient-ce des photomontages et donc de fausses provenances ?

Avis d’experts
Consulté à propos de ces bizarreries, Thierry Portier, expert en art d’Asie, indique qu’il avait jeté le catalogue, « car sans intérêt. Beaucoup de lots sont neufs ». Philippe Delalande, également expert en art d’Asie, lui, a feuilleté ce catalogue, aujourd’hui difficile à obtenir auprès de Feci Auction. Outre de nombreux lots modernes, il a constaté des incohérences de prix ou d’intitulés. Plusieurs lots sont décrits ainsi : « marque apocryphe X…, probablement de l’époque X » ce qui est trompeur pour un acheteur. En effet, « si une marque est apocryphe, alors l’objet ne peut en aucun cas être “probablement de l’époque” », affirme l’expert.

Le site internet de Feci Auction est tout aussi baroque, à commencer par sa traduction fantaisiste du chinois au français, faite automatiquement sans doute sur « Google traduction ». En cliquant sur l’onglet « résultats », ce ne sont pas les adjudications de la maison de ventes qui apparaissent mais ceux d’autres maisons, tel ce vase en porcelaine à décor rouge de cuivre, yuhuchunping, époque Yongzheng (1723-1735) vendu chez Sotheby’s en juin 2013, 961 500 euros ou bien encore le rouleau chinois vendu chez Marc Labarbe en 2011, 20 millions d’euros… En revanche, les résultats de la vente du 8 décembre 2013 sont introuvables. Seuls trois lots apparaissent sur le site et sont invérifiables. Tout ceci rend les choses très opaques. Quant à l’équipe dirigeante, l’expert, Monsieur Ruanlian Bo, est inconnu sur le marché, tout comme Monsieur Wu, le fondateur de l’OVV, qui dit être le président de l’Association française des collectionneurs d’antiquités chinoises (effectivement répertoriée, créée en janvier 2012, mais injoignable).

À la suite de ces constatations, son commissaire-priseur habilité, Me Patrice Vergez-Honta, qui officie également chez Massol, a été contacté. Il est responsable aux yeux de la loi, comme le rappellent expressément les conditions générales de la vente du catalogue de l’OVV. Mais nous avons eu une fin de non-recevoir, le commissaire-priseur arguant que « [sa] collaboration à cette vente et aux prochaines se limite à une aide à l’organisation matérielle des ventes, conseils et tenue du marteau ». À suivre.

Légende photo

Alfred N. Hobson (1848-1903) - source Wikisource

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°412 du 25 avril 2014, avec le titre suivant : L’étrange Feci Auction

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque