Vendredi 14 décembre 2018

Les photos de Degas de la collection Lerolle

Par Roxana Azimi · L'ŒIL

Le 1 juin 2004 - 333 mots

Chaque saison, les ventes Beaussant-Lefèvre comportent leurs lots de surprises. Cette fois,
les réjouissances viennent de cinq photographies d’Edgar Degas issues de l’ancienne collection du peintre Henry Lerolle. Les liens des commissaires-priseurs avec la famille Rouart s’étant consolidés en 1997 avec la prestigieuse dispersion du même nom, les relations avec la famille Lerolle semblent quelque part naturelles. Rappelons que les filles d’Henry Lerolle avaient épousé les fils du collectionneur Henri Rouart. D’ailleurs en juin 2003, les descendants des Lerolle avaient confié à Beaussant-Lefèvre un tableau de Renoir, le Bain, adjugé 630 000 euros. Revenons aux photographies. Entre 1895 et 1896, Degas s’adonne à la photographie. Le maître alors vieillissant, gagné peu à peu par la cécité, ressent le besoin de fixer les objets et les gens qu’il aime. Il est aidé pour les tirages par un familier, le peintre Guillaume Tasset et sa fille Delphine. La vente du 2 juillet propose cinq agrandissements et tirages argentiques réalisés par le duo. Ces photos restituent l’atmosphère de la famille d’Henry Lerolle, peintre académique et intime de Degas qui sut s’entourer d’artistes et de compositeurs de talent. On y voit un Autoportrait avec les deux filles d’Henry Lerolle, Christine et Yvonne, pour 25 000/35 000 euros et, en pendant, un Portrait au miroir d’Henry Lerolle et de ses deux filles pour 15 000/20 000 euros.
Les estimations pour les trois autres tirages sont de 8 000 à 10 000 euros. Les photographies de Degas sont rarissimes en vente publique.
Les plus beaux spécimens se sont ardemment disputés lors de la dispersion de la collection Jammes le 21 mars 2002 chez Sotheby’s à Paris. On y relevait un Autoportrait dans sa bibliothèque, adjugé 18 000 euros sur une estimation de 2 500 euros. La palme revenait à Groupe comprenant Jules Taschereau, Degas et Jacques-Émile Blanche qui doublait les prévisions avec 210 000 euros. Des annales prometteuses sur lesquelles il reste toutefois difficile de s’aligner.

Vente à Drouot Richelieu, le 2 juillet, tél. 01 47 70 40 00 (Beaussant-Lefèvre).

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°559 du 1 juin 2004, avec le titre suivant : Les photos de Degas de la collection Lerolle

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque