Vendredi 13 décembre 2019

Les Paris de la Photo

Christie’s entre dans la danse le 16 novembre

Le Journal des Arts

Le 8 novembre 2002 - 1253 mots

Comme chaque année, en marge du salon Paris Photo, plusieurs ventes publiques consacrées à la photographie se déroulent à Paris. Plus que sous le signe du prestige, elles sont placées sous celui de la qualité. Aux ventes traditionnelles organisées par les maisons Tajan et Beaussant-Lefèvre, s’ajoutent cette année la première vente française dans le domaine de Christie’s ainsi qu’une vacation consacrée au XIXe siècle dirigée par Thierry de Maigret.

PARIS - C’est la SVV Beaussant-Lefèvre qui ouvrira le bal le 13 novembre. La vacation comportera deux parties : une première sera consacrée à la photographie, tandis que la seconde dispersera un ensemble de souvenirs liés à la famille impériale de Russie. Une importante pièce historique sera proposée, Le Panthéon. Ce daguerréotype pleine plaque de Vincent Chevalier a été réalisé durant l’été 1839. Il est contemporain de la révélation publique du procédé de Daguerre (15 000-20 000 euros). On ne connaît que deux autres vues de ce monument, réalisées par Chevalier, l’une d’elles ayant établi durant la première vente Jammes le prix record de 1,5 million de francs (environ 228 000 euros). Deux planches représentant Le Viaduc de Cornelle par Collard (2 000-3 000 euros), une surprenante Étude de petite fille nue d’Eugène Durieu (4 500-5 500 euros), et une épreuve du Jeu de la drogue de Gustave Le Gray, extraite de l’album du Camp de Châlons et estimée 4 500-7 600 euros, sont au nombre des plus belles pièces. La section moderne de la vente proposera les archives de Philiberte de Flauvergue comprenant des épreuves de Brassaï, Kollar, Boucher... et des portraits de comédiens par Thérèse Le Prat (150-230 euros pièce). Enfin, 77 lots relatifs ou ayant appartenu à la famille Romanoff seront offerts au public. Ils comprennent des photographies des tsars et de leurs familles, dont trois portraits de Nicolas II réalisés par Nadar en 1896 (4 000-5 000 euros chacun). Plusieurs lettres, autographes, archives et objets ayant trait à la famille impériale achèveront la partie gotha de la vente.

Pour la sixième année consécutive, la maison Tajan organise avec l’aide des experts Serge Kakou et Paul Benarroche une vente composée de photographies des XIXe et XXe siècles. Parmi les pièces primitives, se trouvent un ensemble de 23 calotypes de Félix Teynard réalisés en 1851 durant son voyage en Égypte et en Nubie (20 000-30 000 euros l’ensemble), un lot de 54 tirages sur papier salé de Jean-Baptiste Alary retraçant son séjour en Algérie (6 000-8 000 euros), un ensemble de cinq Vues de Rome de Giacoma Caneva, réalisées vers 1850, estimées 3 000-5 000 euros chacune, et un paysage, Rivière et pont, réalisé vers 1845 par William Fox-Talbot, l’inventeur du négatif papier (8 000-10 000 euros). Une Nature morte au gibier de Charles Nègre devrait retenir l’attention des amateurs. Cette épreuve de grand format, très proche de celle de la collection Jammes, provient de la descendance du photographe. Rehaussée de couleurs par l’artiste, elle est estimée 12 000-15 000 euros. Plusieurs portraits de Nadar seront également vendus, celui du littérateur et politicien Eugène Péllatan (12 000-15 000 euros), ainsi que Victor Hugo sur son lit de mort, grand portrait post-mortem signé et daté à l’encre rouge et estimé 20 000-22 000 euros. Dans la section moderne de la vente seront proposés deux portraits du peintre Toulouse-Lautrec, dont un figure l’artiste travesti en femme (6 000-7 000 euros), et un cliché d’Émile Zola montrant les alentours de sa maison à Médan (1 200-1 500 euros).

L’arrivée de Christie’s sur le marché français de la photographie se déroulera en deux étapes. La première, consacrée au XXe siècle et à la photographie contemporaine, permettra à l’auctioneer de tester le marché parisien par rapport à celui de New York. Parmi les lots phares de cette vente, un ensemble de 40 épreuves d’André Kertesz provenant d’une collection anglaise (2 000-5 000 euros pièce), une série de portraits par Rodtchenko de son amie Tatiana Maliutina, et plusieurs épreuves de Raoul Hausmann dont quelques très beaux nus de Véra Broïdo (3 000-8 000 euros chacun). La section contemporaine proposera des œuvres de William Wegman, un lot de neuf épreuves de Bernd et Hilla Becher, Watertowers-G (35 000-45 000 euros), et quelques grands tirages de Hiroshi Sugimoto, de Rineke Dijkstra, et de Nan Goldin. La seconde vacation dispersera la collection d’un amateur réunie durant la dernière décennie. Plusieurs des épreuves proposées sont donc apparues sur le marché très récemment, comme cet Autoportrait de Charles Nègre acquis 4 500 euros en mars dernier au cours de la vente Jammes. On compte parmi les pièces les plus attendues Le Philosophe d’Adam-Salomon (20 000 euros-25 000 euros), un autoportrait de Charles Nègre en costume algérien (10 000-15 000 euros), une marine de Le Gray : Trois-mâts remorqué par un vapeur (15 000-20 000 euros), et un portrait en pied de la comtesse de Castiglione par Pierson (8 000-10 000 euros). Si la composition de cette vente est assez classique, elle devrait permettre de mesurer la solidité de la cote de certains artistes qui, telle celle de Le Gray, s’est envolée ces dernières années. Le premier lot de la vente, une épreuve du Jeu de la drogue acquise 14 000 francs (2 135 euros) en 1998 est aujourd’hui estimée 6 000-8 000 euros.

C’est sans doute la vente organisée par Thierry de Maigret et expertisée par Léon et Laurent Herschtritt qui est la plus ambitieuse. Quatre grands portraits de Nadar y figurent, ceux du critique Jules Janin, du peintre Charles Ciceri, d’Alexandre Dumas père, et Théophile Gautier à la culotte damassée, daté de 1857 et estimé 8 000-10 000 euros. Parmi un ensemble de daguerréotypes, une pièce historique, Le Panthéon, le 12 juillet 1848, évoque les journées de juin 1848 (10 000-15 000 euros). Un important ensemble de photographies d’Ambroise Richebourg sera également dispersé. Il se compose de plusieurs reportages, dont une dizaine d’épreuves consacrées à la maison pompéienne du prince Jérôme. Estimées entre 1 000 et 20 000 euros suivant leur état de conservation, elles seront vendues séparément avec faculté de réunion. Plusieurs œuvres liées au mécène James de Rothschild figurent dans la vente, principalement un album de voyage contenant 7 épreuves de Boubée relatant la croisière de l’Algésiras (10 000-12 000 euros), ainsi qu’un ensemble de vues commandées par Rothschild à Baldus décrivant l’avancée des travaux des Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (4 000-10 000 euros par épreuve). Une collection de vues d’Italie, un lots de 40 photographies de Moulins, plusieurs paysages de France ainsi qu’un ensemble de vues des Pyrénées par l’école de Pau composent le reste de la vacation, qui s’achèvera sur la vente d’un Portrait d’André Malraux jeune par Germaine Krull, estimé 8 000 euros.

- PHOTOGRAPHIES DES XIXe ET XXe SIÈCLES, Beaussant-Lefèvre, mercredi 13 novembre à 14 h, Drouot-Richelieu, 9 rue Drouot, 75009 Paris, tél. 01 47 70 40 00, www.auction.fr - PHOTOGRAPHIES DES XIXe ET XXe SIÈCLES, Tajan, jeudi 14 novembre 2002 à 17 h 30, Espace Tajan, 37 rue des Mathurins, 75008 Paris, tél. 01 53 30 30 30 , www.tajan.com - PHOTOGRAPHIES DU XIXe SIÈCLE, de Maigret, jeudi 14 novembre 2002 à 20 h, Drouot-Richelieu, 9 rue Drouot, 75009 Paris, tél. 01 44 83 95 20. - PHOTOGRAPHIES DU XXe SIÈCLE, Christie’s, samedi 16 novembre à 11 h, Christie’s France, 9 avenue Matignon, 75008 Paris, tél. 01 40 76 85 85, www.christies.com - PHOTOGRAPHIES, COLLECTION D’UN AMATEUR, Christie’s, samedi 16 novembre à 15 h, Christie’s France, 9 avenue Matignon, 75008 Paris, tél. 01 40 76 85 85, www.christies.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°158 du 8 novembre 2002, avec le titre suivant : Les Paris de la Photo

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque