Les événements de mai à Drouot

Un mois de ventes éclectiques

Le Journal des Arts

Le 4 janvier 2010

Des tableaux et du mobilier chez Me Binoche et Me Renaud, des photographies chez Me Binoche et Mes Chayette & Cheval, et une bibliothèque théâtrale chez Me Tajan, figurent au menu de mai.

PARIS - Dans la vente très éclectique que dirigera le 22 mai Me Binoche, figurent, outre une spectaculaire pendule à orgues XVIIIe siècle, Le concert des singes, et l’un des rares portraits de Nicolò dell’Abate. Peint vers 1540, ce jeune homme au visage poupin et à l’expression absente, probablement un membre de la famille des Gonzague, est estimé entre 3 et 4 millions de francs. Seront également proposés Saint Jean-Baptiste de Ludovico Carrache, un tableau rapporté en France à l’époque napoléonienne, estimé autour de 1,5 million de francs, ainsi qu’une nature morte donnée par l’étude à Sébastien Stoskopff, estimée 500 000 francs, et un Portrait de François 1er, qui, sous la patine réparable des ans, est probablement flamand. Un joli Portrait de dame de Forain, huile sur toile, est estimé autour de 150 000 francs, et Femmes au bord de l’eau, un grand fusain sur toile de Degas, entre 2 et 3 millions de francs. Attribuée à Della Robbia, une figure de Saint Michel terrassant le dragon est estimée 300 000 francs.

Molière lui-même
C’est une collection parisienne de mobilier et de tableaux XVIIIe siècle, constituée voici une quarantaine d’années – un laps de temps plus que respectable pour des marchands et des collectionneurs à l’affût d’objets neufs sur le marché –, que mettra en vente Me Paul Renaud le 24 mai. Rassemblés principalement pendant les années cinquante, à Drouot et auprès de marchands parisiens, ces objets témoignent du goût d’un amateur qui, d’abord attiré par la Régence, s’est ensuite tourné vers l’époque Louis XVI avant de se fixer sur le mobilier en marqueterie de Boulle, bien avant qu’il ne soit à la mode. Un ensemble de douze fauteuils à dossier plat, estampillés Gourdin, est estimé entre 800 000 et 1 million de francs, un bureau à cylindre en marqueterie de Léonard Boudin, entre 300 000 et 400 000 francs, tout comme un secrétaire à abattant, en acajou et citronnier, de la fin du règne de Louis XVI.

Pendant longtemps sociétaire de la Comédie Française, ancien professeur au Conservatoire, Jean Meyer se sépare de sa bibliothèque. Assisté de l’expert Dominique Courvoisier, Me Tajan dispersera, le 20 mai, 155 volumes, principalement des livres anciens consacrés au théâtre. Les quelque 500 volumes restants feront sans doute l’objet de deux autre ventes, au cours des deux ans à venir. Au cœur du catalogue du 20 mai se trouvent 60 livres de ou autour de Molière, dont des premières éditions de toutes ses pièces (à l’exception des très rares Précieuses ridicules), estimées entre 25 000 et 50 000 francs. L’École des femmes, qui comporte des corrections attribuées à Jean-Baptiste Poquelin lui-même, est estimée entre 80 000 et 100 000 francs.
 
Le 4 mai, Me Binoche proposera quelque 200 photographies modernes, et notamment une quinzaine de tirages de Man Ray estimés entre 3 000 et 30 000 francs (voir notre article à ce sujet dans Le Magazine des Arts). Le 29 mai, l’Étude Chayette & Cheval, assistée de l’expert Viviane Esders, se lance pour la première fois dans le secteur, plutôt fragile, de la photographie, en mettant en vente plus de 200 épreuves d’artistes du XXe siècle, estimées entre 1 500 et 25 000 francs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°25 du 1 mai 1996, avec le titre suivant : Les événements de mai à Drouot

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque