Ventes publiques

Les cinq premières maisons de ventes affichent une hausse de 20 % en France

Par Marie Potard · lejournaldesarts.fr

Le 18 décembre 2019 - 613 mots

PARIS

Le montant total de leur adjudication s’élève à 930 millions d’euros. Sotheby’s conserve la première place.

Mario Tavella,  directeur général de Sotheby’s France © Photo Sotheby’s / ArtDigital Studio
Mario Tavella, directeur général de Sotheby’s France
© Sotheby’s / ArtDigital Studio

Le produit d’adjudications (PA) cumulées des cinq plus grandes maisons de ventes en France s’élève à 927,7 millions d’euros (frais de vente compris) pour l’année 2019, contre 773,2 en 2018, soit une progression de 20 %. Toutes les 5, Sotheby’s, Christie’s, Artcurial, Aguttes et Millon, affichent des croissances entre 4 et 41 %.

Sotheby’s conserve la première place du classement pour la deuxième année consécutive avec un total de 354,4 millions d’euros frais compris (mais hors TVA), contre 251,4 M€ l’an passé (+41 %). C’est son plus haut PA depuis qu’elle est installée en France. « Paris bénéficie d’une bien meilleure image qu’il y a 5 ans. Je mesure cette internationalisation à l’engouement des collègues étrangers qui viennent soutenir nos ventes. Ils ont la volonté de travailler avec nous, d’apporter des pièces de New York pour les vendre à Paris. Pour la vente Modernités, nous avons eu davantage d’œuvres qui venaient de l’étranger par exemple », a commenté Mario Tavella, directeur général de Sotheby’s France. La collection Lalanne, dispersée en octobre dernier a fait des étincelles (91,3 M€), mais même sans cette vacation, l’opérateur affiche un total supérieur à ses concurrentes. 

En deuxième position, Christie’s enregistre un total de 256,7 millions d’euros frais compris (mais hors TVA) contre 234,3 en 2018, soit une hausse de 9,6 %. C’est son 3e plus haut résultat après l’année 2009 qui comprenait la vente Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent et l’année 2017, dopée par des collections d’exception telles que Prat (39,5 M€) ou Hubert de Givenchy (32,7 M€). Le lot le plus cher adjugé par la maison de ventes parmi ses 25 enchères millionnaires est un tableau de Nicolas de Staël, Parc des Princes, vendu 20 millions d’euros, un record pour l’artiste et le prix le plus élevé en art contemporain en France en 2019. La maison est également leader en art impressionniste et moderne avec un total de 51 millions d’euros.

Artcurial occupe la 3e place du podium avec un chiffre d’affaires de 203,1 millions d’euros (frais compris mais TVA incluse), en hausse de 4 %. La maison du Rond-Point des Champs-Elysées a adjugé 11 enchères millionnaires, dont une toile tahitienne Te Bourao II, de Paul Gauguin (9,5 M€), une Alfa Romeo 8C 2900B Touring Berlinetta, 1939 (16,7M€), Synthèse Hivernale C, de Chu Teh-Chun (5,2 M€) ou encore la Lucrèce, d’Artemisia Gentileschi (5) (4,8 M€). Des prix issus de 4 spécialités différentes qui, selon François Tajan, président délégué d’Artcurial, « illustrent une fois encore la capacité d’Artcurial à obtenir de très bons résultats dans tous les domaines ». La maison de ventes double son résultat de l’an passé en peinture ancienne et du XIXe (23 M€) mais est supplantée en région par le groupe Actéon, qui a emporté la plus haute enchère en France avec la vente à Senlis d’une œuvre de Cimabue, le Christ moqué (24,1M€). 

Toujours en 4e position, Aguttes totalise 66 millions d’euros (frais inclus dont after sales et ventes privées), enregistrant une croissance de près de 30 % (51,5 M€ en 2018). Elle enregistre cette année trois coups de marteaux millionnaires, dont une Vierge à l’enfant de Bernardino Luini vendue 2,3 millions d’euros.

A la 5e place, Millon voit son chiffre d’affaires croître de 16 % avec un PA s’élevant à 47,5 millions d’euros contre 40,7 l’an passé. L’opérateur a réalisé 203 ventes dans 30 disciplines différentes contre 180 l’an passé et enregistré une enchère de 4,2 millions d’euros pour un bol chinois en porcelaine du XVIIIe.

Drouot de son côté, annonce un chiffre d’affaires de 371 millions d’euros (frais compris, TVA incluse) contre 376 en 2018 (-1,3%). 7 enchères millionnaires ou multimillionnaires - contre 10 en 2018 - expliquent ce fléchissement.
 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque