Vendredi 13 décembre 2019

Ventes publiques

Les bribes de la collection Rockefeller dispersées par un petit auctioneer

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 22 mai 2018 - 375 mots

WINDSOR / ETATS-UNIS

635 lots, délaissés par Christie’s, passeront à l’encan dans une petite maison de vente du Connecticut début juin.

Ensemble de quatre étiquettes de bouteille en argent, provenance succession Peggy & David Rockefeller, vente du 2 juin 2018
Ensemble de quatre étiquettes de bouteille en argent, provenance succession Peggy & David Rockefeller, vente du 2 juin 2018

A mi-chemin entre Boston et New York, à Windsor dans le Connecticut, la maison de ventes Nadeau Auction a été choisie par les héritiers pour passer à l’encan les derniers lots de la collection Rockefeller, ceux dont Christie’s n’a pas voulus. L’auctioneer de taille modeste, qui réalise une dizaine de vacations par an, proposera 635 lots de la collection lors d’une vente le 2 juin 2018. La vente se déroulera également en ligne sur plusieurs sites internet (LiveAuctioneers.com, Invaluable.com et Bidsquare.com).

La dispersion devrait rapporter entre 200 000 et 400 000 dollars (170 000-340 000 €).  Les estimations des lots vont de 30 dollars (25 €) pour un cale-porte en métal en forme de mouton, à 10 000 dollars (17 000 €) pour les trois aquatintes de la série La Tauromaquia de Picasso estimées entre 5 000 et 10 000 dollars (4 200 – 8 500 €) chacune. La dispersion est très éclectique, voire franchement triviale, allant d’une paire de vases de Sèvres décorés par Mahieddine Boutaleb (est. 2 000 à 4000 $), un tricycle pour adulte (est. 50 à 100 $), un lot de trois machines à café (est. 50 à 100 $) ou encore une balance (est. 50 à 100 $).
 
Une centaine d’objets portent le monogramme où l'inscription Rockefeller, à l’instar d’un plateau en argent (est. 400 à 800 $),  des boutons de manchettes avec le monogramme DR (David Rockefeller) (est. 400 à 600 $) ou de serviettes de douche monogrammées R (est. 50 à 100 $).

Contrairement à Christie’s, Nadeau annonce des prix abordables, il est vrai que ce ne sont pas des chefs-d’œuvre. Mais bénéficiant de l’estampille Rockefeller les enchères pourraient s’envoler. Début mai, la dispersion chez Christie’s New York qui a rapporté 832,5 millions de dollars (707 M€), faisait de la collection, la collection la plus chère vendue. Mais ce sont les plus petits lots qui avaient créé la surprise, à l’instar de la pince à billets estimée entre 800 et 1 000 dollars (568 - 710 €) adjugée 75 000 dollars (63 000 €) ou des boutons de manchette estimés entre 400 et 600 dollars (340 - 603 €) vendus 13 750 dollars (11 700 €).  

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque