Dimanche 25 octobre 2020

Les belles affaires de Deauville Auction

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 13 septembre 2002 - 205 mots

Lors de la vacation de bijoux et argenterie organisée par Deauville Auction le 22 août dernier, un service à thé et café, issu de la dispersion d’une partie de la collection du maître orfèvre Doutre Roussel, a trouvé preneur à 2 000 euros, tandis qu’une ménagère en argent signée Puiforcat a atteint 15 000 euros. Concernant les bijoux, un saphir du Cachemire pesant 8 carats a été adjugé 75 500 euros et deux diamants, l’un de taille émeraude 6 carats, l’autre de 6,32 carats monté sur une bague en or gris, ont fait grimper les enchères respectivement à 35 500 et 16 000 euros. La journée s’est terminée avec la vente d’une vingtaine de montres, notamment un modèle en or rose Day Date, signé Rolex, parti à 6 000 euros. Le lendemain, la maison organisait une vente sur le thème du cheval, des courses et de la chasse. Parmi les belles ventes figurent une lithographie de Géricault, Cheval de la plaine de Caen, adjugée 1 900 euros, une huile sur toile signée Pierre Gaillardot, La Route des sulkys, partie à 2 200 euros, et deux bronzes de Robert Godefroy, L’Être équin, vendu 4 500 euros, et trois têtes de chevaux en buste, à 6 200.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°154 du 13 septembre 2002, avec le titre suivant : Les belles affaires de Deauville Auction

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque