Les arts à Vienne en 1900

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 1 octobre 2005

La galerie Camoin Demachy fait écho à l’exposition sur la Sécession viennoise au Grand Palais (cf. p. 46-49) et présente sa propre exposition autour de plusieurs grands noms de cette époque charnière dans l’histoire de l’art. Gustav Klimt (1862-1918), premier leader de ce mouvement viennois qui réagit à l’académisme institutionnel ambiant, est illustré par un grand dessin au crayon de 1916, Femme au châle, une étude pour le portrait d’Elizabeth Lederer où le traitement du châle incarne à lui seul ce renouveau artistique. Un bureau secrétaire de 1900 en chêne laqué, orné de têtes de lions sculptées et de poignées de serrures en laiton est l’œuvre de l’architecte décorateur Adolf Loos (1870-1933). Ce meuble très structuré provient d’une maison viennoise dessinée par l’architecte Otto Wagner (1841-1918). Les arts décoratifs sont également représentés par deux créations de 1902 du peintre décorateur Koloman Moser (1868-1918) : un paravent en bois à deux feuilles parées de verres colorés exécutés par l’atelier Tiffany à New York et un lustre plafonnier composé de quatre globes en verre irisé suspendus à quatre cordes ornées de boules en verre. Un tapis en laine et soie de 1903 par l’architecte décorateur Josef Hoffmann (1870-1956) est un autre exemple de cet art à l’emphase géométrique qui, dès 1900, préfère les carrés, cercles et damiers aux lignes courbes et onduleuses. Pour illustrer ce renouvellement des arts à Vienne au tournant du siècle, une vingtaine d’autres pièces ont été réunies à la galerie.

« La Sécession viennoise 1897-1905 », PARIS, galerie Camoin Demachy, 9 quai Voltaire, VIIe, tél. 01 42 61 82 06, jusqu’au 23 octobre.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°573 du 1 octobre 2005, avec le titre suivant : Les arts à Vienne en 1900

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque