Vendredi 15 octobre 2021

Le trafic mondial d'antiquités égyptienne mis à mal

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 12 septembre 2003 - 140 mots

Sous l'impulsion de l'Égyptien Zahi Hawas, secrétaire général du Conseil suprême des antiquités (CSA), en poste depuis deux ans, une guerre sans merci a été déclarée contre le trafic d'antiquités, dans un pays où jusqu'à présent la corruption a toujours eu le dernier mot. L'arrestation en avril de Tareq al-Soweissi, après un an de filature, a défrayé la chronique. L'homme est un membre influent du Parti national démocrate (PND), actuellement au pouvoir, mais c'est surtout la première fois qu'un Égyptien est démasqué à la tête d'un trafic gigantesque. Depuis, les complicités tombent, avec des coups de filet en Égypte chez de hauts gradés, des inspecteurs du CSA, des politiques. Des trafiquants américains et européens seraient liés à ce réseau. En France, les enquêteurs sont sur les traces d'un correspondant d'origine marocaine, un marchand connu sous le pseudonyme de "La gazelle".

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°176 du 12 septembre 2003, avec le titre suivant : Le trafic mondial d'antiquités égyptienne mis à mal

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque