New York

L’Armory fête ses dix ans

Par Roxana Azimi · Le Journal des Arts

Le 12 mars 2008 - 620 mots

Du 27 au 30 mars, la foire va offrir un baromètre attendu sur le marché de l’art contemporain.

NEW YORK - En décalant ses dates d’un mois pour pouvoir réutiliser le Pier 94 décroché l’an dernier, l’Armory Show fait d’une pierre deux coups. Elle se détache de la foire ADAA, bras armé des grandes enseignes new-yorkaises. Surtout, elle fête son dixième anniversaire dans un climat plus printanier. Le froid, dont se plaignaient régulièrement exposants et visiteurs, n’est pas que d’ordre météorologique. Il tient aussi à la désaffection des éléphants new-yorkais comme Andrea Rosen, Barbara Gladstone ou Marian Goodman. Pourquoi, en effet, feraient-elles la foire avec un stand de 50 m2 alors qu’elles disposaient à Chelsea d’espaces gigantesques ? « Les galeries de Chelsea qui n’exposent pas bénéficient quand même des collectionneurs étrangers qui viennent ici pendant l’Armory Show, observe Katelijne de Backer, directrice du salon. Bien sûr Chelsea semble être une foire en soi, mais nos exposants ont l’attention des collectionneurs qui viennent pour le “preview” [avant l’inauguration officielle]. » En coïncidant avec la Biennale du Whitney au Whitney Museum de New York, la manifestation prévoit même d’augmenter le nombre de ses visiteurs.

Du sang neuf
Soit, mais certains Européens traînent aussi la patte. « Je ne participe plus à l’Armory Show, car je fais Art Basel Miami Beach et je ne vois pas l’intérêt de venir aux États-Unis à trois mois d’intervalle, indique Peter Kilchmann (Zurich). La foire n’a jamais été sensationnelle, mais juste convenable parce que c’est New York. » Malgré tout, l’événement a rallié quinze nouvelles enseignes comme Baronian-Francey (Bruxelles), Erna Hecey (Luxembourg), Simon Lee (Londres), Raucci/Santamaria (Naples) ou Francesca Pia (Zurich). « Il est difficile de faire l’économie de New York, observe le galeriste Bruno Delavallade (Paris, Berlin). On est proche d’une foire européenne en termes d’ambiance, et l’on jouit de la multiplicité des événements. » Certains jouent justement sur l’effet « Vu à » la Biennale du Whitney. Art : Concept (Paris) et Praz-Delavallade (Paris, Berlin) montrent respectivement Ry Rocklen et Edgar Arceneaux, intronisés dans cet événement très couru des collectionneurs et curateurs. La plupart des Européens mettent l’accent sur des artistes qui n’ont pas forcément de relais américains. Emmanuel Perrotin (Paris, Miami) consacre une large partie de son stand à la dernière fournée de peintures de Bernard Frize. De son côté, Art : Concept valorise Philippe Perrot, Whitney Bedford, Nathan Hylden et Pietro Roccasalva, lesquels ne disposent pas de galeries outre-Atlantique. Même démarche chez Valentin (Paris), lequel prévoit une exposition personnelle de Joe Scanlan, créateur américain plus connu en Europe.

Baromètre de la tendance
Certaines œuvres commissionnées par la foire ne manquent pas de sel. C’est le cas de The Van d’Alex Bag. Une vidéo projetée dans une camionnette montre un marchand conduisant trois de ses poulains à l’Armory Show. Leur discussion ne porte pas sur l’art, mais sur des questions de carrière et de produits de luxe. Il semble loin le temps du bouillonnement sympathique du Gramercy, ancêtre de l’Armory ! L’heure est aux gros sous, au hype et au bankable, même si les transactions s’échelonnent généralement entre 5 000 et 50 000 dollars. « L’Armory est le baromètre du marché. C’est de là que tout part, affirme Olivier Antoine, directeur d’Art : Concept. Si ça continue à fonctionner là-bas, alors pas de soucis. Mais si ça faiblit, c’est qu’il y aura une crise. » Crise peut-être pas, mais du moins ralentissement. Dans les dernières ventes publiques, le climat était au sûr, au solide et non à la « branchitude ».

The Armory Show

- Directrice : Katelijne de Backer
- Nombre d’exposants : 150
- Tarif des stands : entre 9 500 et 54 500 dollars
- Nombre de visiteurs en 2007 : 52 000

THE ARMORY SHOW, 27-30 mars, Pier 94, 12th Avenue -55th Street, New York, www.thearmoryshow.com, les 27, 28, 29 12h-20h, le 30 12h-19h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°277 du 14 mars 2008, avec le titre suivant : L’Armory fête ses dix ans

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque