Mercredi 21 novembre 2018

La vente Arp aura bien lieu

Par Roxana Azimi · L'ŒIL

Le 1 juin 2003 - 242 mots

Après une tentative avortée en juin 1998, quatre-vingt-deux tableaux de l’ancienne collection François Arp, frère de l’artiste Jean Arp, seront livrés aux enchères le 12 juin prochain. Ces œuvres avaient été léguées par la fille de François Arp, Ruth Tillard Arp, à l’ancien médecin de François Mitterrand, Claude Gubler. La fondation Jean Arp et Sophie Taueber-Arp avait contesté ce testament et interdit la vente. Au terme d’un imbroglio judiciaire, le tribunal de Paris a tranché en faveur du vendeur. Une aubaine pour la société Calmels-Cohen qui, après avoir mené la dispersion marathonienne de la collection André Breton, bénéficie de cette manne. Cette collection embrasse les œuvres majeures et rares de Jean Arp. On y voit aussi bien sa sensibilité biomorphique que son intérêt pour l’art concret et le constructivisme. Parmi les pièces les plus importantes de Jean Arp, on retrouve notamment une huile sur panneau de 1915 baptisée Composition statique et un relief en bois peint de 1916 intitulé Fleur-Marteau, formes terrestres, chacun estimé 600 000/800 000 euros. Outre ses œuvres, d’autres pièces de sa femme Sophie Taueber-Arp et du constructiviste néerlandais Théo Van Doesburg sont aussi au programme. Espérons que Beaubourg, qui s’est vu offrir le relief Femme par les héritières d’André Breton, succombera devant Fleur-Marteau, qui, bien que de plus petit format, est de loin plus audacieux.

Drouot, exposition du 10 au 12 juin. Vente par la société Calmels-Cohen le 12 juin au soir, tél. 01 47 70 38 89.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°548 du 1 juin 2003, avec le titre suivant : La vente Arp aura bien lieu

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque