À la conquête du ciel

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 6 août 2007

Faites-vous une décoration ambiance « aviateur » grâce à une vente spécialisée. De nombreux lots thématiques y sont accessibles entre 20 et 3 000 euros. Entièrement consacrée à l’aviation, cette prochaine vente réunit de nombreux tableaux, dessins, sculptures, photographies, objets publicitaires, maquettes, livres et documents historiques, souvenirs de pilotes et éléments d’avion. Les grands chapitres de cette vacation se rapportent à l’histoire de l’aviation civile, militaire et commerciale. À commencer par les pionniers et les raids records qui marquèrent le début du xxe siècle, jusqu’à la conquête spatiale avec une série de maquettes de fusées (200 euros pièce).
À découvrir, un ensemble de carnets de croquis du fonds d’atelier de Maurice-Jean Bourguignon (est. 1 500 euros l’ensemble). Cet ancien pilote, gravement blessé pendant la Première Guerre mondiale, devint un peintre de l’air de talent. On peut voir ses tableaux aux musées parisiens de l’Air et de l’Armée. Comptez de 30 à 80 euros pour une médaille commémorative en bronze de l’entre-deux-guerres. Et 250 euros pour une médaille en or offerte à Marcel Brindejonc des Moulinais pour un raid Monaco-Padoue, en avril 1914. Les supers héros du ciel de cette époque s’appelaient Blériot, Védrines, Roland Garros… Une rare série de sculptures en cire polychrome de 1910 les représentant est offerte (500 euros l’unité).
Parmi les objets promotionnels des grandes compagnies aériennes, sont proposés des cendriers et fanions de comptoir (de 30 à 100 euros), des planisphères et plaques émaillées Air France (de 150 à 500 euros). Mais les pièces les plus prisées restent les maquettes d’agences, tel un rare modèle en bois et métal peint de Latécoère 631 Air France de 1947 (est. 3 000 euros). Huit exemplaires assuraient la liaison Biscarosse - Fort-de-France dans les années 1950.
Au chapitre de l’aviation militaire, on trouvera une dérive de F16 belge de 2,50 mètres de la guerre du Kosovo (est. 1 500 euros) parmi des brevets de pilote et casques d’aviateurs français ou allemands d’avant 1939 (de 150 à 300 euros). Deux grandes hélices bipales en bois lamellé collé de la Première Guerre mondiale (est. 1 500 euros chacune) feraient un bel effet fixées au mur. Ce sont aujourd’hui des objets réédités dans la décoration. Le must est d’avoir les pièces originales.

Aviation, vente le 11 février à Drouot, Maison de ventes aux enchères Boisgirard, tél. 01 47 70 81 36, www.boisgirard.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°588 du 1 février 2007, avec le titre suivant : À la conquête du ciel

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque