Samedi 17 novembre 2018

Jean Besnard, primitif moderne

L'ŒIL

Le 1 juin 2003 - 1446 mots

Les céramiques de Jean Besnard (1889-1958) ont été à l’honneur à la vente Lagerfeld chez Sotheby’s le mois dernier. Occasion d’explorer la vie et l’œuvre d’un créateur qui illustre, aux côtés de Jean-Michel Frank et de Paul Dupré-Lafon, le versant rigoureux et subtil de l’Art déco.

L’engouement encore récent des collectionneurs pour la céramique artisanale du XXe siècle a fait émerger au plus haut niveau de l’esprit Art déco le talent du céramiste Jean Besnard (1889-1958). Cet homme plutôt solitaire avait l’impression d’être à part dans son époque. Sa façon d’envisager la céramique n’était pas exempte d’un certain « brutalisme » que lui-même cherchait à justifier : « L’art décoratif moderne a ceci de particulier qu’il fait une place à toutes les tendances. En céramique, j’ai l’impression d’être un primitif et pourtant mes pièces sont admises à orner des intérieurs raffinés. » Rapportés dans la revue Les Échos des industries d’art en 1927, ces propos illustrent bien à quel point dépouillement rime avec raffinement. C’est cet esprit qui a rendu intemporel tout un groupe de décorateurs de l’Art déco tels Dupré-Lafon et Jean-Michel Frank, aujourd’hui consacrés.
Jean Besnard est le fils du peintre Albert Besnard et du sculpteur Charlotte Dubray. Son milieu d’origine le porte tout naturellement vers la peinture, qu’il continuera de pratiquer en dilettante tout au long de sa vie.
Il faut croire que c’est le désir de s’émanciper d’un père illustre qui l’oriente vers le métier de céramiste, dès le début des années 1920. Plusieurs séjours dans la demeure familiale de Talloires (Haute-Savoie) décideront de sa future carrière : les belles poteries rustiques achetées sur le marché d’Annecy peuplent le quotidien de la famille Besnard avec leurs formes amples et la simplicité du décor vernissé. Elles suscitent bientôt chez le jeune artiste le désir de traduire cette poterie populaire dans une sensibilité de son temps. Il prend conseil auprès des vieux potiers savoyards, gardiens d’un savoir-faire traditionnel : il entre peut-être en contact avec le potier Paul Jacquet à Annecy qui réalisait les fameux modèles de vases et de services de table du décorateur Francis Jourdain, au vocabulaire ornemental géométrique très novateur et épuré. De retour à Paris, Besnard complète cette initiation en travaillant d’abord dans un atelier d’Ivry spécialisé en porcelaine. Puis, rapidement, il loue son propre atelier rue Campagne-Première, équipé d’un four électrique. Il requiert les services d’un tourneur auquel il confie ses esquisses préparatoires. À cette époque, ses recherches s’orientent principalement sur la préparation des terres, qu’il élabore lui-même selon le volume, la forme, la destination et les émaux futurs de la pièce.
Jean Besnard débute au Salon des artistes décorateurs en 1923, où il expose aux côtés de Jean Beyer, Émile Decoeur, le couple Simmen-O’Kin et Séraphin Soudbinine : toutes les carrières de ces céramistes sont déjà bien entamées, pour certaines d’entre elles dès les années 1910. Besnard, aux côtés de Buthaud, Mayodon ou Gensoli, fait partie d’une génération de transition qui commence à exposer au cours des années 1920. Les vases, potiches à couvercle, coupes et boîtes à poudre présentés par Besnard à ce premier Salon sont édités par Primavera, atelier de création des magasins du Printemps. En tant qu’exposant et sociétaire, ses participations aux salons se succèdent (Salon des artistes décorateurs, Salon d’automne, Salon des Tuileries et Société nationale des beaux-arts).
À l’Exposition des arts décoratifs de 1925, le céramiste propose des pièces simples à fonds noirs, couleur pain brûlé avec des traînées d’or craquelées, dans un jeu d’opposition subtile des mats et des brillants, bien dans l’esprit moderniste de l’époque. Les formes robustes semblent naturellement destinées à orner des ensembles mobiliers aussi dépouillés que ceux de Dominique ou de Ruhlmann. Son œuvre est rapidement remarquée par Jacques Adnet, qui l’invite en 1928 dans le cadre de la Compagnie des arts français qu’il vient de reprendre. La reconnaissance visuelle des pièces de Besnard est surtout due à sa maîtrise du décor « crispé » qu’il exploite en tirant profit d’une erreur de cuisson, l’émail refusant parfois de se répandre de façon homogène à la surface de la pièce. Le céramiste accepte ce défaut qui selon lui rend le rapport de l’émail à la terre plus vivant. Ce type de décor est apposé d’abord sur des formes simples tournées, puis au début des années 1930, il apparaît sur des formes sculpturales : masques se référant au théâtre nô, série de Marabouts (dont un exemplaire figurait dans la vente Lagerfeld), silhouettes anthropomorphes d’inspiration africanistes parées de leurs bijoux.
Les décors de Jean Besnard sont généralement inscrits en réserve d’émail, incisés à la molette ou à l’ébauchoir dans la terre encore molle. Telles des virgules d’ombre creusées en surface, les motifs abstraits à la façon de pictogrammes sont inlassablement répétés en frise. Quelques pièces rassemblées par Karl Lagerfeld témoignent de ce rituel modeste du geste, telles des stries profondes dans la terre brune sur ce grand vase pansu, qui paraissent comme enneigées en surface par l’émail blanc poudreux. Mais ce serait omettre tout un pan de la production du céramiste que de passer sous silence d’autres pièces – plus rares – déployant une palette de tons bruns et orangés (deux d’entre elles étaient proposées dans la collection Lagerfeld). Il utilise également de façon plus récurrente un bel émail turquoise en référence à l’Islam ancien.
Éléphants, zèbres stylisés, chouettes, volatiles dans l’esprit des cloisonnés chinois peuplent l’imaginaire de l’artiste : il les dessine le plus souvent en réserve d’émail par recouvrement du graphisme dans la terre avec de la paraffine avant le passage à la cuisson. D’autres types de motifs animaliers sont parfois modelés en relief, comme sur le superbe vase décoré d’une ronde de chevaux de l’ancienne collection Lagerfeld, qui fait penser aux rondes-bosses stylisées du sculpteur Pompon, ami proche de Jean Besnard. Ce répertoire zoomorphe peut aussi être sculpté sur des couvercles de boîte. Autre type de décoration plus tardif, le motif dentelle, peu représenté dans la vente Lagerfeld, qui pourtant a été amplement exploité par Besnard à partir de 1932. Avec une faculté de renouvellement qui étonne, Jean Besnard expose cette année-là des « impressions » sur céramique à la galerie Drouet : il s’agit d’applications de tulles, de broderies, de dentelles et de filets sur des fonds de terre crue, qui impriment en surface tout un réseau de lignes géométriques ou mouvantes, suivant l’effet désiré.
L’Exposition des arts et techniques en 1937 va consacrer cette œuvre arrivée à maturité. Pour l’occasion, Jean Besnard aborde la céramique architecturale, en décorant les parois d’un jardin d’hiver avec des carreaux émaillés. Il impose son style particulier dans une tendance forte de l’époque, soutenue avec vigueur par Jacques Lenoble, qui a mis au point parmi les premiers tout un système de revêtements céramiques pour le décor architectural. Besnard conçoit également pour le pavillon de la manufacture de Sèvres deux grandes poteries d’une réelle prouesse technique, hautes de deux mètres (éditées par Desmarquet), ainsi que deux obélisques mesurant plus de trois mètres. Toute une vitrine de vases et d’objets lui est consacrée dans le pavillon des artistes décorateurs, la plupart de ces pièces de 1937 ayant été acquises à cette occasion par le musée de Sèvres, ainsi que par le Musée national d’art moderne (déposées aujourd’hui au musée des Arts décoratifs de Paris). L’élan créatif de Jean Besnard va se trouver brisé par les années douloureuses de la guerre. Il continue pourtant à créer dans cette période de pénurie. Vécue pour la plupart comme une période de « reconstruction », la décennie qui suit va constituer pour le créateur un chant du cygne. Avec une production sans renouvellement marqué, il fait maintenant figure d’aîné parmi la jeune génération montante (Guidette Carbonell, Georges Jouve, ou Alice Colonieu parmi d’autres) qui souhaite introduire un nouveau vocabulaire formel et décoratif représentatif du style 50.
La céramique de Jean Besnard n’a certes pas la subtilité formelle des créations de Séraphin Soudbinine, elle ne subit pas la fascination de l’Orient telle qu’elle est sublimée dans les objets miniatures d’Henri Simmen, elle n’est pas liée non plus à la restitution des secrets et des raffinements oubliés qui obsède tant Émile Decoeur. Tous ces grands talents du XXe siècle étaient présents dans les choix proposés par Karl Lagerfeld au public des enchérisseurs. Il est impressionnant de voir à quel point la façon qu’a Jean Besnard de toucher la terre trouve des concordances esthétiques avec les œuvres en plâtre des frères Giacometti commandées par Jean-Michel Frank, dans cette même volonté d’âpreté et de rugosité. Toutes ces pièces sont autant de jalons rares de la modernité française des années 1930 offerts une dernière fois au public, avant leur dispersion lors de cet événement exceptionnel (cf. « Ventes publiques », p. 109).

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°548 du 1 juin 2003, avec le titre suivant : Jean Besnard, primitif moderne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque