Mercredi 21 février 2018

Legs

Ipoustéguy à l’épreuve

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 27 juillet 2007

Soixante-seize pièces d’atelier du défunt sculpteur sont offertes pour la première fois au marché.

PARIS - En vedette de sa vente d’art contemporain du 14 février, Artcurial dispersera soixante-seize sculptures, tableaux et dessins de Jean Robert dit Ipoustéguy, sculpteur décédé l’an dernier. C’est la première fois qu’est proposé un tel ensemble quantitatif et qualitatif aux enchères. Une trentaine de sculptures de l’artiste, tout au plus, ont été vendues en vente publique depuis dix ans, aucune n’ayant excédé 25 000 euros. Et en l’absence de rétrospective de l’artiste, c’est le catalogue de vente qui servira de tremplin à l’établissement d’une vraie cote. « Il est vrai que c’est un sculpteur un peu oublié du marché. Mais aucune pièce significative n’est passée aux enchères et il s’agit donc de la première vente d’ampleur, note l’expert Martin Guesnet. Je ne suis pas inquiet. Ipoustéguy est un grand sculpteur. Il n’y a pas un parc où il n’y ait une de ses sculptures. » En même temps, l’artiste n’est pas à l’abandon : il est défendu par le marchand Claude Bernard qui l’a représenté de nombreuses années. Il est aussi exposé à la galerie Bob Vallois, à Paris. Ses œuvres sont régulièrement proposées chez Sotheby’s dans les ventes privées consacrées à la sculpture contemporaine. Quatre sculptures de plein air sont ici offertes aux amateurs, telle Les Plongeuses, bronze à patine noire de 1968, estimée 30 000 euros et inspirée par la nageuse Kiki Caron.

Une pièce maîtresse
Sont représentées deux paires de jambes légèrement arquées, les pieds tendus et les fesses rebondies dans le moment même du départ. Les autres pièces d’extérieur sont Maison, de 1976, bronze à patine chocolat composé de deux corps imbriqués, estimée 25 000 euros ; La Terre, de 1962, bronze à patine brune, incarnée par une femme généreuse symbolisant la fécondité, estimée 30 000 euros ; et Ecbatane, de 1965, bronze à patine noire et bleue dont le sujet fait référence à la riche ville antique d’Iran conquise par Alexandre le Grand. Estimée 60 000 euros, cette dernière œuvre de quatre mètres d’envergure a été reprise en 1979 pour une sculpture monumentale à Berlin sous le titre de L’Homme reconstruit sa ville. Mais la pièce maîtresse de la vente est la très tactile et sensuelle Gange fleuve de Mythe/Le Gange fleuve de Bites (1972). Estimée 120 000 euros, cette pièce unique exécutée en marbre blanc et noir de Carrare fait suite à un voyage en Inde en 1971 où il découvre les temples décorés de frises érotiques. « En rentrant, j’ai eu envie de faire une suite érotique. Sur les escaliers qui descendent au Gange, j’ai mis des sexes tordus, enroulés, noués, j’ai mis de l’humour dans mes représentations sexuelles. Je ne voulais pas qu’elles soient pornographiques», explique le sculpteur en 1978 dans un entretien. Le reste du catalogue comprend des sculptures en bronze ou en marbre de toutes ses périodes de créations, de 500 à 40 000 euros, ainsi que de grandes peintures et des œuvres sur papier, à saisir à partir de 300 euros.

Ipoustéguy

- Expert : Martin Guesnet - Estimation : 500 000 euros - Nombre de lots : 76

HOMMAGE À JEAN ROBERT DIT IPOUSTÉGUY (1920-2006), ŒUVRES PROVENANT DE L’ATELIER

Vente le 14 février à l’hôtel Dassault, 7, rond-point des Champs Élysées, 75008 Paris, Artcurial, tél. 01 42 99 20 20, www.artcurial.com ; expositions publiques : du 9 au 12 février, 11h-18h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°252 du 2 février 2007, avec le titre suivant : Ipoustéguy à l’épreuve

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque