Impayés en hausse

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 11 décembre 2008

C’est l’une des conséquences de la crise boursière.

PARIS, FONTAINEBLEAU - Les maisons de ventes françaises sont victimes d’une recrudescence de clients indélicats, que ce soit des enchérisseurs russes disparaissant sans scrupule avant de payer leurs achats ou des collectionneurs européens étranglés financièrement et reportant sans cesse leur règlement. Le commissaire-priseur bellifontain Jean-Pierre Osenat en a fait les frais. Plusieurs acheteurs de sa vente de prestige du 29 juin des collections de l’hôtel Masseran se sont montrés défaillants. Suivant le principe légal de la folle enchère, il remettra les lots impayés en vente publique le 21 décembre à Fontainebleau, notamment La Femme au fagot (1882), huile sur toile signée Pierre Auguste Renoir, et une paire de bas d’armoire du XVIIIe en marqueterie Boulle. Il s’agit des deux lots phares de sa vente de juin qui avaient été respectivement adjugés 1,8 et 1,2 million d’euros, soit un tiers de la vente en valeur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°293 du 12 décembre 2008, avec le titre suivant : Impayés en hausse

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque