Guy Savoy : l’art à la bouche

Par Anouchka Roggeman · L'ŒIL

Le 1 juillet 2005

Depuis 1980, Guy Savoy ne cesse de conquérir les étoiles. Récompensé en 2002 d’un troisième « macaron » par le guide Michelin et d’un 19/20 au Gault et
Millau, ce restaurateur est à la tête de quatre autres établissements – et bientôt d’un cinquième à Las Vegas où il délèguera son fils. Habitué à recevoir la presse gastronomique, il quitte aujourd’hui les fourneaux pour se confier sur sa seconde passion : sa collection d’œuvres d’art.

Guy Savoy est un phénomène. Il suffit de se poster devant son restaurant trois étoiles pour en mesurer l’ampleur. Les voitures de luxe ou banalisées avec chauffeur défilent devant le 18 de la rue Troyon, laissant descendre les plus grandes personnalités des affaires, de la politique ou du show business, venues du monde entier. Son nom, dont on compte plus de 300 000 occurrences sur internet, et que l’on trouve même dans le dictionnaire Larousse, met l’eau à la bouche sur les cinq continents. Depuis l’ouverture de son restaurant en 1980, Guy Savoy n’a fait que gravir les marches de la notoriété. Mais s’il passe beaucoup de son temps entouré de « people », s’il compte parmi ses amis proches Jean Todt, Serge Kampf, Luc Besson ou encore Christophe Lambert, l’homme est d’une simplicité surprenante. Chaleureux et jovial, il parle de rugby avec ferveur, d’art avec passion et de la gastronomie avec une grande humilité : « Je suis un aubergiste moderne. Mais la modernité n’est pas pour moi synonyme de froideur, je veux que mon auberge soit un lieu de vie et de rencontres, où l’on se sente bien. »

Ambiance raffinée et moderne
Et comment ne pas se sentir bien chez Guy Savoy ? Non seulement la soupe d’artichaut à la truffe noire s’accorde sans faute à sa brioche feuilletée aux champignons, mais le cadre est parfaitement adéquat. Ici, point de velours molletonné, de drapés ondulants ou de lustres dégoulinants : l’ambiance est raffinée, sobre et moderne. Partout, des œuvres d’art, anciennes ou contemporaines, viennent colorer les tonalités blondes et brunes de la pierre, du verre et du cuir : « Elles donnent une âme à mon restaurant, me rassurent et construisent mon univers. Elles sont une garantie de sensation en permanence », confie le chef. Dès la première salle, de superbes statues africaines – un bouclier du
Cameroun, des oiseaux Sénoufo de Côte d’Ivoire et des statues Yoruba et Bozo – donnent à la salle un caractère exotique. « On a parfois dit que j’étais un collectionneur d’art africain, mais je n’aime pas le mot collectionneur, je le trouve réducteur. Pour moi, un collectionneur est une personne qui s’acharne sur une période, un style ou un artiste. Moi j’achète par coup de cœur. »
Depuis ses premières acquisitions à Drouot il y a une trentaine d’années, Guy Savoy achète des œuvres d’art au grè de ses promenades, pour quelques centaines ou quelques milliers d’euros. « Les jours de fermeture du restaurant, j’adore flâner dans les brocantes et les galeries de Paris ou d’ailleurs. J’ai un faible pour celles de la rue de Seine et de la rue Guénégaud. J’aime aussi les choses très simples, les objets patinés par le temps et l’usage. Par exemple, j’ai récemment acquis un gros moule à fromage chez un antiquaire de Haute-Savoie. »

Fidéle à ses œuvres d’art
S’il considère que sa première œuvre d’art est sa première 2 CV « qui aurait pu être une œuvre de Tinguely », il évoque aussi les langues de chat cuisinées par sa mère lorsqu’elle tenait la petite buvette de Bourgoin-Jallieu. « La cuisine est un art car elle éveille les cinq sens. C’est l’art de transformer instantanément en joie des produits chargés d’histoire. Ce qui me plaît dans l’art, c’est ce qui arrive instantanément au visage, ce qui suscite dans l’instant une émotion et un plaisir extraordinaires. »
Au cours de la visite, Guy Savoy s’enthousiasme pour « sa » Fat Lady, une petite statue de femme chinoise d’une vingtaine de centimètres présentée dans une vitrine entre deux salles du restaurant. Entre eux, c’est une histoire d’amour : « Je suis tombé sur elle dans une galerie du VIe et on ne s’est plus quittés. J’ai été séduit par ses formes sensuelles, sa délicatesse, son embonpoint. Je ne savais même pas qu’il s’agissait d’une statue de la dynastie Tang lorsque je l’ai achetée. » Il évoque aussi son récent « coup de foudre » pour un dessin à la mine de plomb de l’artiste Merri Jolivet, dont le graphisme suggère une lointaine influence africaine. « Comme en amour, je suis fidèle à mes œuvres d’art. On ne se quitte pas depuis vingt ans. » Et pour preuve, lors du réaménagement de l’espace, en 2001, l’architecte Jean-Michel Wilmotte a dû se plier à leurs exigences et dédier à chaque objet ou tableau un emplacement très spécifique.
Lorsqu’il ne parle pas d’amour, Guy Savoy raconte ses belles histoires d’amitiés. Car, mis à part certaines pièces comme la lithographie d’Alechinsky et le tableau de Bram Van Velde, la plupart des œuvres contemporaines exposées sont celles de ses amis. C’est le cas notamment du peintre Georges Autard dont les grands tableaux abstraits, puissamment colorés, sont présents dans plusieurs salles : « Je l’ai rencontré à la Fiac il y a plusieurs années, il m’a touché parce qu’il a commencé à me parler du cycliste Laurent Fignon. C’est le peintre le plus joyeux que je connaisse. » C’est le cas aussi du sculpteur Jean-Pierre Rives, son « pote du rugby » dont il expose une des énormes « ferrailles », au détour d’une paroi coulissante.
Mais l’art ne s’arrête pas aux murs. Sur chaque table, les assiettes (par Tony Soulié, Jacques Bosser ou Anne Xiradakis), les beurriers, les bougeoirs, les salières et poivrières (par Laurent Beyne) ont été conçus par des artistes. « Partout, je recherche la rareté et la beauté. J’ai besoin de belles choses pour me sentir bien et pour faire d’autres belles choses. »

Restaurant Guy Savoy, PARIS, 18 rue Troyon, XVIIe, tél. 01 43 80 40 61, www.guysavoy.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°571 du 1 juillet 2005, avec le titre suivant : Guy Savoy : l’art à la bouche

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque