Jeudi 13 décembre 2018

Foire

DESIGN

Fiac 2018 : Secteur Design, saison 2

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 4 octobre 2018 - 515 mots

PARIS

Pour la deuxième année, le design s’installe à la Fiac après une absence de sept ans. Même espace, mêmes galeries, le secteur prend ses marques en espérant un souffle nouveau en 2023.

Jennifer Flay, directrice artistique de la Fiac n’avait jamais caché son intention de le réintroduire – après que le design eut été écarté de la foire en 2010 faute de place. La manifestation avait été la première au monde à créer un secteur design en 2004. En supprimant la section, elle avait donné la possibilité à d’autres foires de prendre une sacrée longueur d’avance. Finalement, la directrice, consciente du manque, avait décidé de bousculer les choses pour que la discipline réintègre l’événement au plus vite. Aussi, l’an passé, cinq galeries exclusivement françaises avaient pris place dans l’espace réservé jusque-là au prix Marcel Duchamp, au fond de la nef du Grand Palais. « Nous sommes impatients d’offrir de nouvelles conditions d’exposition dans le Grand Palais rénové. Cela nous permettra d’amplifier le secteur design, qui prend tout son sens à la Fiac en confrontant l’évolution des formes dans le mobilier moderne et contemporain à celle des formes dans les arts plastiques », commente Jennifer Flay. En attendant 2023, le projet se poursuit avec les mêmes galeries – incontournables du secteur et sorte de noyau dur – soit Éric Philippe, Patrick Seguin, Jousse Entreprise, Laffanour-Downtown et Kreo. Chacune d’elle dispose d’un stand de 25 mètres carrés et peut présenter une pièce sur les deux plateformes extérieures.
 

Les grands classiques

« L’édition 2017 s’était très bien passée. Nos clients sont aussi collectionneurs d’art moderne et contemporain et sont très contents de nous retrouver là. Nous sommes de notre côté très heureux de participer à l’une des foires les plus importantes au monde et dans ce lieu exceptionnel », a confié Éric Philippe. Le marchand parisien a apporté une table basse créée par l’architecte Rudolph Schindler (1887-1953) pour la Kallis House à Los Angeles en 1946. Pour sa réalisation, il a collaboré avec le sculpteur Ossip Zadkine, qui a réalisé le motif du plateau, tandis que les carreaux de céramique sont l’œuvre de la céramiste américaine Carol Janeway. Pour sa part, le galeriste Patrick Seguin se focalise sur l’œuvre architecturale de Jean Prouvé et notamment ses maisons démontables. Sur son stand, il expose des photos et des plans d’archives, ainsi que des images et des vidéos contemporaines, des maquettes et des textes, l’idée étant de resituer ces œuvres d’architecture dans leur contexte historique. François Laffanour (Galerie Downtown) amène quant à lui une table tripode à six pans de Charlotte Perriand, une pièce unique réalisée vers 1949, commande spéciale pour la famille Coquatrix. À la galerie Kreo, des pièces contemporaines et vintages sont présentées sous forme d’un intérieur. La Swatch coffee table (2008), de Hella Jongerius côtoie des pièces de la collection « Azo » (2017) de François Bauchet, mais aussi la table Jaxone (2011) de Grcic Konstantin. Sur le stand de Jousse Entreprise, on peut retrouver des chaises emblématiques du travail de Jean Prouvé, comme la chaise démontable en bois et aluminium (1957), ainsi que des pièces de la céramiste contemporaine Kristin McKirdy.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°508 du 5 octobre 2018, avec le titre suivant : Fiac 2018 : Secteur Design, saison 2

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque