eBay franchit un nouveau cap

La concurrence s’accentue pour les enchères sur l’Internet

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 9 juillet 2008

Leader mondial des ventes aux enchères sur l’Internet avec quatre millions d’utilisateurs, eBay a racheté en avril la maison Butterfield & Butterfield, puis, en juin, le numéro un de la vente en ligne en Allemagne, Alando.de. Elle devrait profiter de l’expertise de l’auctioneer californien pour étendre la palette des objets qu’elle propose à des pièces d’une valeur plus élevée. Elle trouvera sur sa route, dès le mois de septembre, le poids lourd Sotheby’s, dont le site sotheby’s.com réunit déjà quelque 2 700 marchands internationaux et qui devrait se trouver renforcé par son alliance avec amazon.com conclue à la mi-juin.

SAN FRANCISCO - C’est le branle-bas de combat dans l’univers des enchères. Butterfield & Butterfield, vénérable vieille dame de 134 ans, a été rachetée le 26 avril par la jeune société californienne eBay, basée à San Jose, qui fêtera ses quatre ans d’existence en septembre. La société leader des ventes sur l’Internet se cantonnait jusque-là essentiellement aux ventes vide-grenier et aux dispersions de véhicules, et était encore peu présente dans le secteur des objets d’art, tableaux, dessins, mobilier. Elle devrait désormais empiéter de plus en plus sur les terres des maisons de renom en proposant sur l’Internet des pièces de valeur plus élevée (entre 500 et 10 000 dollars). eBay, dont la valeur au Nasdaq (l’indice composite de la bourse électronique) est aujourd’hui estimée à 20 milliards de dollars, a acquis la maison de vente pour 260 millions de dollars (1,6 milliard de francs) par échange d’actions. Elle pourra ainsi notamment bénéficier de la compétence des 59 experts de Butterfield & Butterfield pour certifier les objets d’une valeur supérieure à 500 dollars, sécurisant et encourageant ainsi les ventes sur le Net. eBay, qui propose environ 1,8 million d’objets pour une valeur totale de 750 millions de dollars, devrait encore élargir sa palette. Depuis quelques mois, elle offre déjà une sélection beaucoup plus riche et vend un nombre croissant de peintures, dont bon nombre d’impressionnistes ou d’expressionnistes abstraits américains, mais aussi quelques œuvres de premier plan : une huile de Renoir partie à 34 600 dollars ou une Tête d’homme de Picasso à 2 millions de dollars. Les objets d’art ne représentent encore qu’une petite partie de l’activité du site.

sotheby’s.com sera opérationnel en septembre
Profitant du rachat de Butterfield & Butterfield, un des membres de l’International Auctioneers, les quatre autres partenaires de l’association – l’étude Tajan à Paris, Dorotheum à Vienne, la galerie Koller à Zurich et Swann Galleries à New York – pourraient, d’après Viviane Scott, responsable de l’antenne genevoise de la galerie Koller, organiser dès l’automne des ventes en temps réel sur l’Internet. “Nous devrions organiser deux à trois ventes on line mensuelles dès le mois d’octobre. Nous ne pourrons pas, en revanche, participer à des ventes dites “cyber auctions”, qui constituent des ventes de gré à gré interdites à ce jour par la loi française”, précise François Tajan.

eBay va se trouver en concurrence directe avec Sotheby’s, dont le site sotheby’s.com sera opérationnel dès le mois de septembre. Le numéro 2 mondial envisage d’investir cette année environ 30 millions de dollars et de recruter un millier de nouveaux employés. Il est désormais lié avec 2 700 des plus grandes galeries mondiales, qui ont signé avec lui un contrat d’exclusivité d’une durée de deux à trois ans. Face à un tel challenger, eBay pourrait être confrontée à des difficultés d’approvisionnement. Elle dispose, pour le moment, d’un atout important, le coût nettement moins élevé de ses services : eBay prélève des commissions de 5 % pour des transactions allant jusqu’à 25 dollars, puis de 2,5 % supplémentaires sur la tranche 25-1 000 dollars, auxquels s’ajoute 1,25 % sur les montants supérieurs à 1 000 dollars, contre 20 % pour Sotheby’s. Mais cette situation pourrait évoluer en fonction des nouveaux services rendus.

Plusieurs autres sociétés, dont Artnet.com, Interactive Collector et Yahoo Auctions, organisent des ventes en ligne et vont tenter de s’approprier une part du gâteau. De son côté, le marchand londonien Peter Nahum, spécialisé dans les tableaux des XIXe et XXe siècles, cherche à contrer les visées hégémoniques de Sotheby’s en fédérant les marchands regroupés au sein des associations britanniques BADA, LAPADA et SLAD – elles ont réalisé ensemble, en 1998, un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de livres sterling (environ 15 milliards de francs), supérieur aux ventes annuelles de Sotheby’s et de Christie’s – pour créer un site indépendant d’enchères en ligne. Nahum est en contact avec différentes sociétés de vente en ligne en vue de lancer ce site qui pourrait s’appeler antiquecity.com. Christie’s a également annoncé l’ouverture d’un site sur l’Internet, mais n’a pas pour l’instant dévoilé sa stratégie.

Une alliance entre Sotheby’s et Amazon.com

Sotheby’s et Amazon.com ont annoncé le 16 juin qu’ils allaient former une alliance pour organiser des enchères sur l’Internet. Leur site commun, baptisé sothebys.amazon.com, proposera des pièces de monnaie, des timbres, des jouets, des vêtements de haute couture et des souvenirs de vedettes du show-biz ou du monde des arts. L’authenticité et l’état des objets proposés seront garantis par le vendeur. Ce site viendra s’ajouter aux deux autres, sothebys.com et amazon.com, qui poursuivront leur activité de manière distincte. Spécialisée à l’origine dans la vente de livres, de disques et de jeux vidéo sur l’Internet, Amazon.com a lancé en juillet 1995 son site de vente aux enchères sur le Net. La société apportera à Sotheby’s ses dix millions de visiteurs. “Nous allons bénéficier de la réputation et de l’expérience de Sotheby’s, ce qui nous permettra de devenir le site le plus digne de confiance, explique Jeff Bezos, fondateur et p-dg d’Amazon.com. L’authentification des objets d’art constitue le principal obstacle au développement des ventes aux enchères de pièces de valeur. Qui mieux que Sotheby’s pourrait nous aider à lever cet obstacle ?�? Le jour du lancement du site, les amateurs de base-ball découvriront sur l’Internet les souvenirs sportifs de la collection Halper.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°86 du 2 juillet 1999, avec le titre suivant : eBay franchit un nouveau cap

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque