Ventes publiques

MAISONS DE VENTES

Drouot ouvre son capital pour se relancer

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 23 avril 2019 - 514 mots

PARIS

L’assemblée générale a voté à une très large majorité l’ouverture du capital de Drouot aux personnes morales ainsi que la modification des conditions d’accès à l’hôtel des ventes parisien.

L'Hôtel des ventes Drouot © Photo Milan Poyet
L'Hôtel des ventes Drouot
© Photo Milan Poyet

Paris. Le 4 avril, plusieurs propositions du conseil d’administration décisives pour l’avenir de Drouot, et participant d’un esprit d’ouverture, étaient soumises au vote des 139 actionnaires du Groupe réunis en assemblée générale. Cette volonté d’ouverture part d’un constat : depuis quelques années, même si le produit reste stable, le nombre de vacations à Drouot a baissé du fait de la diminution des « petites » ventes – peu rentables – et du transfert des ventes de spécialité (vins, livres…) vers le on-line. Pour redynamiser l’hôtel, il est indispensable de trouver des solutions. Parmi celles-ci, ouvrir le capital.

Une première assemblée extraordinaire s’est tenue pour modifier les statuts du Groupe Drouot. Jusqu’alors, le capital de l’hôtel était détenu uniquement par des commissaires-priseurs personnes physiques. Partisan de l’ouverture de ce capital aux maisons de ventes personnes morales (des entreprises donc) – et après agrément –, Alexandre Giquello, le président de Drouot Patrimoine, a souhaité que cette question fasse l’objet d’une délibération en assemblée générale. La proposition a été acceptée à une majorité écrasante (la majorité qualifiée, c’est-à-dire les deux tiers des voix de l’assemblée, était requise). « Le vote a suscité une très large participation et nous avons recueilli une majorité presque absolue, sous les applaudissements ! », s’est félicité le président. « Par le passé, a-t-il poursuivi, les assemblées générales étaient souvent tendues mais celle-ci était très chaleureuse. Il faut dire que nous avions organisé une réunion d’information en amont qui a permis aux actionnaires de ne pas être pris au dépourvu. »

Un second vote a eu lieu lors de l’assemblée générale ordinaire concernant la modification du règlement intérieur de Drouot Enchères, le président de Drouot ayant à cœur d’ouvrir Drouot aux non-actionnaires. Trois motions étaient proposées : conserver l’ancien système, voter l’ouverture totale ou privilégier une ouverture « aménagée ». Si l’ouverture totale a été refusée massivement, l’ouverture aménagée a recueilli tous les suffrages (plus de 80 %). « Un consensus assez remarquable et pas si fréquent », a souligné Alexandre Giquello. Dorénavant, toutes les ventes de province, de Paris ou de l’étranger peuvent voir les portes de Drouot s’ouvrir ponctuellement, à condition qu’il s’agisse de ventes de qualité et sous réserve d’agrément par le Groupe. L’affectio societatis reste très fort au sein de Drouot qui souhaite également conserver un certain standing et refuse de servir d’écrin aux ventes dites « poubelles » (présentant des objets courants).

Participant encore de cette ouverture, l’assemblée a décidé d’aider les jeunes commissaires-priseurs qui souhaiteraient prendre des parts : si la détention des 7 000 actions est toujours requise, ils devront acheter quelques actions dès le début de l’opération, mais pourront régulariser leur situation sur cinq ans.Enfin, l’assemblée a réaffirmé que les ventes judiciaires sont acceptées – sans condition d’actionnariat –, mais sous réserve d’afficher un certain standing. Un petit message adressé aux futurs commissaires de justice.

(1) Depuis le 31 décembre 2017, le règlement exige la détention de 7 000 actions pour tout opérateur de ventes souhaitant vendre à Drouot.

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°521 du 12 avril 2019, avec le titre suivant : Drouot ouvre son capital pour se relancer

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque