Dimanche 12 juillet 2020

Foire

JEUNE CRÉATION

Des talents émergents déjà très confirmés

Par Anne-Cécile Sanchez · Le Journal des Arts

Le 3 octobre 2019 - 925 mots

PARIS

Rassemblées sur le secteur Lafayette et au premier étage, les jeunes galeries cherchent moins à surprendre qu’à rassurer.

Les artistes que les jeunes galeries présentent à la Fiac sont rarement de parfaits inconnus et ils ne sont pas toujours débutants. Freedman Fitzpatrick (Los Angeles) met, par exemple, en avant le travail de Nicolas Roggy, dont les peintures ont intégré la collection du Centre national des arts plastiques (CNAP), sont présentes dans celles de deux Frac (Limousin et Pays de la Loire) et dans deux collections d’entreprises (la Fondation Maramotti et la Société Générale), tout comme celui de Matthew Lutz-Kinoy, qui a déjà fait l’objet d’acquisitions par des collections publiques et privées. De même, The Breeder (Athènes) consacre son stand aux grandes fresques d’Alexandros Vasmoulakis, récemment sélectionné par la Fondation Cartier dans le cadre de son exposition sur les jeunes artistes européens. On a pu voir l’an dernier au Wiels, à Bruxelles, les tissages de Hana Miletic, l’une des artistes défendues par la galerie Lambda Lambda Lambda où elle côtoie deux sculptures de Heinz Frank (1939), qui a bénéficié d’un solo showà la Kunstalle de Vienne, au printemps dernier. Chez Marcelle Alix, on verra, entre autres, des pièces récentes de Laura Lamiel et de Liz Magor, deux artistes confirmées que l’on ne cesse de redécouvrir. Une peinture émaillée d’Evelyne Axell (1935-1972) se glisse sur le stand de la galerie König au milieu de sculptures signées Alicja Kwade, Jeppe Hein, Erwin Wurm et Claudia Comte, autant de talents parfaitement identifiés.

Secteur Lafayette

Le secteur Lafayette, qui fête cette année dix ans d’engagement pour la création contemporaine, par le soutien financier à de jeunes galeries internationales, est-il celui où l’on a le plus de chance de découvrir des artistes émergents ? La sélection 2019 réunit des enseignes provenant de sept pays, dont Lomex (New York) et Édouard Montassut (Paris), déjà présentes en 2018. Six d’entre elles ont opté pour un solo show d’artistes nés dans les années 1980-1990. Jenny’s (Los Angeles) présente le travail de Morag Keil, qui s’exprime aussi bien à travers la vidéo, les installations ou la peinture, et que le Palais de Tokyo avait exposée en 2011. Timothée Calame est un jeune artiste originaire de Genève, bien identifié sur la scène suisse – il a été invité en 2018 au Musée d’art moderne et contemporain de Genève –, aujourd’hui installé à Marseille ; la galerie Weiss Falk (Bâle) contribuera à mieux le faire connaître en France. Gina Fischli est fraîchement diplômée de la Royal Academy de Londres ; elle fera ses premiers pas sur le stand de Soft Opening (Londres).

Pour sa deuxième participation sur le secteur Lafayette, Lomex met en avant les tableaux symbolistes de Kye Christensen-Knowles, à peu près inconnu en France. Özgür Kar réalise des vidéos en noir et blanc (voir ill.), esquisses d’une figure masculine écrasée par le cadre de l’écran plat, et par un sens du tragique que tempère un certain érotisme (voir ill.). Édouard Montassut lui consacre son stand avec une installation composée de deux écrans monolithiques. On y voit des personnages, dessinés à la main, qui s’interpellent et dialoguent avec le visiteur, tableaux vivants qui transformeront le stand en une sorte d’espace théâtral.

Singulièrement, la galerie PM8 (Vigo en Espagne) a, pour sa part, choisi de défendre l’héritage du photographe Algirdas Seskus, né à Vilnius en 1945, longtemps resté dans l’ombre du fait de sa démarche iconoclaste. Ses images en noir et blanc, parfois floues ou indistinctes, traduisent une réalité banale, quelquefois un imperceptible trouble poétique et sont empreintes d’une discrétion qui confine à l’effacement.

Plateforme incontournable de la scène londonienne, Arcadia Missa a été la première galerie à exposer le travail de Jesse Darling, centré sur la question du corps et de sa vulnérabilité, qu’elle présente ici en duo avec celui, expressionniste, de Melike Kara ; cette dernière y questionne la façon dont l’identité se construit à travers les représentations collectives. Présentation en duo également chez Gianni Manhattan (Vienne) avec des vidéos de Barbara Kapusta et trois sculptures de Zsofia Keresztes. Enfin pour sa première participation au secteur Lafayette, Mariane Ibrahim (Chicago) fait le pari de confronter deux artistes émergents aux styles figuratifs très différents, Clotilde Jiménez et Amoako Boafo.

La traversée de l’image

C’est sur le secteur Lafayette que la galerie Allen (Paris) a commencé, avant d’intégrer le secteur principal de la Fiac, en 2017. Sa démarche artistique reste constante et se concentre cette fois sur la « traversée de l’image », à travers une proposition ambitieuse qui réunit trois de ses artistes, Linus Bill + Adrien Horni (nés en 1982, en Suisse), Mel O’Callaghan (née en 1975, en Australie) et Trevor Yeung (né en 1988, en Chine). Chaque toile de la série « Heredity Paintings » de Linus Bill + Adrien Horni (voir ill.) procède d’un lien empirique avec une toile plus ancienne, selon un procédé de strates qui invite à regarder au-delà de la ligne, de la couleur et de la surface. La grande pièce de verre de Mel O’Callaghan, Respire, Respire (2019), leur fera écho par sa transparence suggestive. Quant aux Chaotic Suns de l’artiste Trevor Yeung – dont une vaste installation végétale et lumineuse est en ce moment visible à la Biennale de Lyon –, leur éclat lumineux oblige à détourner les yeux. Une invitation à ne pas céder à l’éblouissement artificiel de l’objet ? À quelques pas de là, sur le stand de la galerie Valentin, qui rassemble des pièces de Jean-Baptiste Bernadet, d’Anne Neukamp et de David Renggli, les œuvres d’Éric Baudart ouvrent le regard à « l’ambivalence des effets spectaculaires voire hallucinés qu’elles suscitent ».

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°530 du 4 octobre 2019, avec le titre suivant : Des talents émergents déjà très confirmés

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque