Mardi 10 décembre 2019

Des pots en vente

Dispersion de la collection Chavaillon

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 25 octobre 2002 - 537 mots

Près de 500 pièces de céramique seront dispersées les 10 et 11 novembre au Nouveau Théâtre de Chatellerault. La collection de Dr Chavaillon est une grande référence dans ce domaine et plus spécifiquement en matière de majolique italienne et de faïence de Nevers.

PARIS - Le Dr Chavaillon, décédé cette année, a passé toute son existence à rassembler des céramiques. Une vente couronne aujourd’hui l’aboutissement de sa collection. Le rendez-vous est donné aux amateurs les 10 et 11 novembre à Chatellerault, dans la Vienne. Un épais catalogue recensant 474 lots rend compte de la diversité des goûts du collectionneur qui a, entre autres, réuni un fabuleux éventail des céramiques françaises.

“Orsini-Colonna”, Cafaggiolo et Abaquesne
Les moments forts de la vacation s’articulent autour de deux ensembles de pièces. D’une part, une dizaine de pots de pharmacie en majolique italienne de la typologie des “Orsini-Colonna” devraient séduirent les amateurs du monde entier. “Les Italiens qualifient les modèles de ce type de ‘bellissima’, relève l’expert Georges Lefèbvre. Il s’agit de pièces mythiques dont la plupart des exemplaires sont conservés dans les musées du monde.” Ces chevrettes, pots à anses torsadées et vases-bouteilles de la première moitié du XVIe siècle, à décor polychrome, provenant de la fabrique de Castelli, sont estimées entre 15 000 et 46 000 euros. Issue de la même série des “Orsini-Colonna”, une magnifique paire de chevrettes “Brocca” formant pendant, à décors de deux bustes, masculins pour l’une et féminins pour l’autre, avec un déversoir en forme de tête de dragon, est attendue autour de 90 000 euros. Parmi les autres productions italiennes, une rare et grande chevrette de Cafaggiolo – une manufacture protégée par la famille Médicis –, à décor dit “alla porcellana” et marquée du monogramme S.P. pour Stefano et Piero di Filippo, deux potiers de renom, sera sans doute une des attractions de la vente. Elle est estimée environ 35 000 euros, tout comme le lot 122, une autre pièce phare qui est une faïence primitive française : une gourde à panse aplatie de 30,5 cm au décor raphaélesque, sortie de l’atelier de Masseot Abaquesne à Rouen vers 1545. “Le seul autre modèle connu est conservé au Musée de Sèvres”, précise l‘expert.
D’autre part, la faïence de Nevers tient une grande place dans cette vente avec près de 200 lots. Toutes les époques et tous les styles (italien, oriental, imitant les productions de Rouen, de Moustiers ou de Meissen, et enfin nivernais) y sont représentés. Signalons un modèle rare de chevrette de 22 cm du XVIIe siècle à décor polychrome dit “à la palette” d’un bateau, estimé 3 800 euros, une belle gourde de 34 cm datée 1732 à décor bachique en camaïeu bleu rehaussé d’orangé, estimée 7 000 euros ou encore trois assiettes de 23 cm de diamètre, à décor polychrome représentant “le collier de la Reine”, d’époque prérévolutionnaire, vers 1786, estimées 1 500 euros chaque.

COLLECTION CHAVAILLON

Exceptionnel ensemble de céramiques anciennes des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, vente les 10 et 11 novembre au Nouveau Théâtre de Chatellerault par la SVV Sabourin, 21, rue Chanoine de Villeneuve, 86100 Chatellerault, tél. 05 49 21 28 87. Exposition du 7 au 9 novembre de 10 h à 12 h et de 15 h à 19 h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°157 du 25 octobre 2002, avec le titre suivant : Des pots en vente

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque