Dimanche 25 février 2018

C’est encore loin, l’Amérique

Trois grandes collections d’archéologie à l’épreuve des grèves

Le Journal des Arts

Le 8 mars 2010

Les ventes d’art précolombien et d’art primitif organisées à Paris ces dernières semaines ont souffert à des degrés divers des conflits sociaux. Même si les téléphones ont beaucoup servi, trop de grands collectionneurs étrangers avaient préféré s’abstenir.

PARIS - Nous allons réaliser une grande première, disait à quelques heures de la vente et avec une ironie amère l’expert Bernard Dulon,une vente internationale d’art précolombien sans acheteurs américains. Les grands collectionneurs sont aux États-Unis, et ils avaient l’un après l’autre renoncé à s’aventurer en France pendant les grèves pour voir la très belle collection d’Esmeralda et Gerald Berjonneau. Leur téléphone est resté muet.

En dépit d’un bon catalogue et d’une médiatisation poussée, 33 des 45 lots de la vacation ont été vendus pour 1 543 000 francs – et seulement 16 des 26 pièces de la collection elle-même : estimés à 1,5 million de francs, ces objets n’ont atteint que 1,3 million, avec des prix de réserve particulièrement bas. Des pièces de petite et moyenne valeur ont été ac­quises, souvent en dessous de leurs estimations, par des collectionneurs français, suisses et belges, ainsi que par des marchands européens.
 
Mais ce que la vente comptait de plus spectaculaire – un joug de Veracruz, par exemple, représentant un animal mythique mi-crapaud mi-jaguar, estimé entre 550 000 et 650 000 francs, une palme en basalte gris représentant la divinité Cipactli, estimée entre 300 000 et 350 000 francs, ou encore un masque de Teotihuacan, estimé entre 400 000 et 600 000 francs –, est resté invendu.

Le même jour, Me Guy Loudmer a vendu pour 871 900 francs (et 366 700 francs de rachats), 120 des 244 objets précolombiens, de qualité certes modeste mais riches de charme et provenant des principales cultures d’Amérique latine – parmi lesquels des vases péruviens, des statuettes de Veracruz, des fragments de textile Chimu et Inca – qu’il présentait à Drouot.

Le 6 décembre, la vente d’arts primitifs de Me Jacques Tajan avait pour sa part failli être tout simplement annulée en raison des grèves.

58 des 134 lots ont finalement été vendus, pour la plupart à des étrangers par téléphone, totalisant 1 217 400 francs. Nombre de pièces de qualité courante sont restées invendues, tandis que les plus exceptionnelles – une longiligne statue féminine Deble Senoufo et une statue Dan en bois à patine noire, par exemple, toutes deux de Côte-d’Ivoire, dont les objets ne sont pas actuellement très recherchés, ont été adjugées 100 000 et 130 000 francs, autour de leurs estimations.

La collection de plus de 300 objets archéologiques, principalement grecs, romains et égyptiens de Jean-Marie Talleux, dispersée par Me Paul Renaud les 6 et 7 décembre, a recueilli 8 003 000 francs en produit (avec seulement 338 000 francs de rachats), grâce à des prix de réserve très bas et à une concurrence certaine entre acheteurs pour certains lots. Estimée 40 000 francs, par exemple, une belle tête de satyre en marbre, de l’époque hellénistique, a trouvé preneur à 130 000 francs ; une tête de gorgone sculptée en marbre, en bas-relief, estimée 18 000 francs, est partie à 53 500 francs.

Quatre préemptions de musées
Une tête d’Osiris et un personnage accroupi en schiste, du début de l’époque ptolémaïque, tous deux estimés 80 000 francs, n’ont en revanche atteint que 40 000 et 55 000 francs respectivement. Le clou de la vente, le buste en calcaire du pharaon Thoutmosis III, majestueux en dépit d’un nez ébréché, a été adjugé 650 000 francs à un acheteur américain. La collection a également suscité l’intérêt des musées.

Celui du Mans a préempté une enveloppe momiforme égyptienne de la XXIIe dynastie à 190 000 francs, le musée de Saint-Germain-en-Laye une Minerve casquée gallo-romaine en bronze à 20 000 francs, le Petit Palais un vase globulaire égyptien à 86 000 francs, et le Louvre une coupe grecque à 40 000 francs.

Le 8 décembre, Me François de Ricqlès a vendu 33 des 39 objets de la collection d’archéologie de Georges Halphen pour 3 623 600 francs, lors d’une vacation qui a enregistré un produit total de 6 301 150 francs et une très bonne proportion de vendus – 152 lots sur 190.

Les goûts de Georges Halphen, collectionneur soixante ans durant, embrassaient des objets aussi divers que d’intrigantes petites statuettes en bronze, transcaucasiennes et du Louristan, du premier millénaire avant J.-C., vendues plusieurs milliers de francs, une idole féminine des Cyclades, magnifique de simplicité, adjugée 310 000 francs, et une statuette de femme de la Bactriane, IIIe millénaire avant J.-C., vedette de la vente, qui est partie à 698 380  francs.

Les grèves n’ont donc pas influé sur le résultat. Le catalogue a été imprimé bien à l’avance, et des clients étrangers ont pu voir les objets à l’Étude. Le jour de la vente, nous avons beaucoup travaillé au téléphone, nous a confié Me Ricqlès.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°21 du 1 janvier 1996, avec le titre suivant : C’est encore loin, l’Amérique

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque