Mercredi 12 décembre 2018

salon

Barcelone high tech

L'ŒIL

Le 1 avril 2001 - 351 mots

Depuis 1991, tous les deux ans au printemps, la capitale de la Catalogne se met au diapason du design. Au programme : 110 expositions, conférences et forums, show rooms ouverts au public. Cette année, la thématique, consensuelle et pratique, s’annonce sous le label « REW “2001” FFWD, le design entre la vision du futur et les traces de la mémoire », autrement dit « le design entre tradition et modernité » mais préfacé du double sigle « avant-gardiste » de rembobinage et avance rapide du monde audiovisuel. On y trouve donc des artistes hyper-classiques comme Ingo Maurer, Alessandro Mendini, Pierre Paulin ou Mies van der Rohe. Le premier illumine la façade du centre d’art Santa Monica, envahit le cloître d’une gigantesque installation lumineuse et rend hommage à Gaudi. A l’étage, les travaux d’Escola Elisava et les productions d’un workshop placé sous la direction de Stefano Colli réinterprètent l’esprit de ce grand créateur de lampes et luminaires qu’est Ingo Maurer. Alessandro Mendini, lui, dialogue avec les collections du Musée des Arts décoratifs logé dans le Real Palacio de Pedralbes. Pierre Paulin est judicieusement mis en avant par l’Institut français
(L’Œil n°522). Quant à Mies van der Rohe, en attendant la grande rétrospective américaine du mois de juin, Barcelone réunit une trentaine de ses objets et six maquettes évoquant les immeubles Weinssenhof de Stuttgart, le Pavillon allemand de Barcelone et la Villa Tugendhat de Brno. Au rayon des nouveautés, il faut aller découvrir les 25 designers travaillant sur CD-Rom, Web et autres supports multimedia exposés au nouveau siège du Mecad, les graphismes d’Amador Garrell au Museu de Granollers, les interprétations sonores de David Torrents au Pati Museu Marès, les bijoux contemporains belges choisis par France Borel à la galerie Ignacio de Lassaletta et les tissus de l’architecte marocaine Soumiya Jalal au Museu Textil i de la Indumentaria... Sans oublier, pour les débats, la présence remarquée de Paola Antonelli, directrice du département du design industriel du MoMA, du designer Tom Dixon ou de Renny Ramakers, directeur du désormais célèbre Droog Design.

BARCELONE, divers lieux, 18 avril-21 juin, tél. 93 218 28 22 et www.primavera2001.org

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°525 du 1 avril 2001, avec le titre suivant : Barcelone high tech

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque