Foire

Art Düsseldorf, la deuxième foire d’art contemporain allemande

Par Alexia Lanta Maestrati · Le Journal des Arts

Le 28 novembre 2019 - 608 mots

DÜSSELDORF / ALLEMAGNE

La jeune foire qui organisait sa troisième édition doit encore s’imposer face à sa voisine Art Cologne, une véritable institution plus généraliste.

Düsseldorf. La Rhénanie compte depuis trois ans deux foires d’art contemporain. À Cologne, la doyenne des foires, Art Cologne, est une véritable institution. Fondée en 1967, elle mélange art moderne et contemporain, tandis qu’à une heure de route, Art Düsseldorf creuse doucement son sillon, en ne misant que sur l’art contemporain. La troisième édition, qui se tenait du 15 au 17 novembre rassemblait une centaine de galeries, dont des marchands sérieux de la région comme les berlinoises Kow et König, soit bien moins qu’Art Cologne, qui regroupait, cette année, cent soixante-seize galeries dont des grandes pointures du marché international (Thaddaeus Ropac, White Cube, David Zwirner, Kamel Mennour).

Une seule galerie française avait fait le déplacement, la Galerie Ceysson & Bénétière. « Nous avons décidé de participer à Art Düsseldorf l’an passé, car le groupe d’Art Basel, MCH, était actionnaire. Nous sommes tout de même revenus cette année pour voir comment la manifestation évolue. Le public est vraiment averti, mais l’offre n’a pas la qualité d’Art Basel à Bâle ou de la Fiac, ou la diversité d’Art Brussels », explique son directeur Bernard Ceysson.

Un vivier de collectionneurs

Le grand changement de cette édition était, en effet, le retrait du groupe MCH, maison mère d’Art Basel, en tant qu’actionnaire de la manifestation. Si quelques grandes galeries n’ont pas fait le déplacement cette année, à l’instar de David Zwirner, Templon ou Kamel Mennour, les galeries présentes n’ont pas relevé de changements importants, hormis un rythme plus calme. « La première année, les gens étaient excités par la nouveauté. Cette année, le rythme est ralenti, il y a un peu plus de monde pendant le week-end, car les gens travaillent, et il ne s’agit pas d’une foire assez importante pour que les visiteurs prennent un jour de congé pour venir », explique Lydia Ahrens, directrice de la galerie Alexander Levy (Berlin). Entre Cologne et Düsseldorf, la Galerie Axel Vervoordt (Wijnegem et Hong Kong) a tranché pour Art Düsseldorf en raison de son aspect plus contemporain, ce qui lui permet de montrer des artistes plus jeunes comme Bosco Sodi ou Lucia Bru. La Galerie Meessen De Clercq (Belgique) a également opté pour Düsseldorf, car Art Cologne est trop proche d’Art Brussels, et qu’il y a « un véritable vivier de collectionneurs dans la région », souligne son directeur Jan De Clercq.

C’est ce nombre important de collectionneurs qui justifie deux foires si proches géographiquement, selon Walter Gehlen, directeur de la manifestation : « La Rhénanie est une région riche et puissante qui dispose de deux capitales, Cologne et Düsseldorf. Je pense qu’il est important que chacune des villes dispose d’une foire pour attirer aussi bien les collectionneurs de la région, d’Allemagne, mais aussi de l’étranger. »

Dans l’ensemble, la foire propose une offre assez proche de celle d’Art Cologne, sans la partie art moderne. Sous la verrière de cette ancienne usine, on voyait surtout du contemporain, et quelques stands avaient fait des efforts de scénographie, comme les galeries Mendes Wood DM, Proyectos Ultravioleta et Sies & Höke, qui s’étaient associées pour présenter une exposition personnelle de Naufus Ramirez-Figueroa. De nombreuses œuvres digitales et de l’art vidéo parsemaient les stands, comme les calligraphies numériques d’Egor Kraft (galerie Alexander Levy) ou la vidéo de la réalisatrice Zeyno Pekünlü (galerie Sanatorium, Istanbul). Ce qui n’empêchait pas d’y croiser quelques valeurs sûres, dont de nombreux artistes nationaux, à l’instar du stand de Michael Werner, où des œuvres sur papier de Georg Baselitz côtoyaient des toiles d’A.R. Penck, ou les toiles de Heinz Mack datées des années 1960, chez Beck & Eggeling (Düsseldorf).

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°534 du 29 novembre 2019, avec le titre suivant : Art Düsseldorf, la deuxième foire d’art contemporain allemande

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque