Art Brussels, l’alternative bruxelloise

Par Armelle Malvoisin · L'ŒIL

Le 1 avril 2005

Véritable foire de découverte, Art Brussels plaît aux galeries et au public français.

L’attrait d’un salon européen d’art contemporain comme Art Brussels réside en deux points : sa place idéale dans le calendrier mondial des foires à distance des grands raouts artistiques incontournables comme Art Basel et la qualité indéniable de son public. Pour la parisienne Nathalie Obadia, exposant à la foire depuis quatre ans et membre du comité de sélection des galeries depuis l’an dernier, « Art Brussels est une vraie foire de découverte où l’on peut montrer de belles vitrines d’œuvres de qualité dans des stands plus grands et plus structurés car moins coûteux et ce, pour des ventes à moyen terme. Car on y croise une clientèle de réflexion, loin des hystériques du vernissage concentrant leurs achats sur le premier soir. » La galerie se permet d’ailleurs de montrer deux ou trois pièces de qualité de second marché, comme une œuvre de Sol LeWitt et une encre de Michaux, ce qui « serait mal compris ailleurs ». La proximité parisienne attire aussi de nombreuses galeries françaises qui y rencontrent des collectionneurs français, des visiteurs venus passer la journée dans la capitale belge et de nombreux expatriés.

Dynamisme bruxellois
Depuis deux ans, le dynamisme bruxellois a su intéresser une clientèle allemande et hollandaise des pays limitrophes. Tenté à nouveau par cette internationalisation après une éclipse de trois ans, le Français Bernard Utudjian de la galerie Polaris revient cette année présenter la nouvelle série de photographies « paysages français » de Xavier Zimmermann, les portraits de la jeune photographe marocaine Yto Barrada et les sculptures en tissus de l’artiste anversois Walter Van Beirendonck. La galerie Loft, spécialiste parisienne de l’avant-garde chinoise, donnera son premier coup d’essai à Art Brussels autour d’œuvres d’artistes indonésiens travaillant sur le thème du terrorisme international. Leur œuvre phare est Love Bomb, une installation-arme de diffusion massive de l’amour, réalisée par un collectif d’artistes.

Art Brussels, 23e édition, BRUXELLES (Belgique), Brussels Expo - Halls 11 & 12, place de Belgique 1, tél. 32 (0)2 402 36 66, www.artbrussels.be, du 15 au 18 avril.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°568 du 1 avril 2005, avec le titre suivant : Art Brussels, l’alternative bruxelloise

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque