Vendredi 20 septembre 2019

Foire

Art Basel toujours en mouvement

Par Frédéric Bonnet · Le Journal des Arts

Le 4 juin 2014 - 1011 mots

Pour sa 45e édition, la plus grande foire internationale d’art contemporain au monde réduit cependant légèrement la voilure à Bâle et concentre son offre.

Alors que les foires ont souvent tendance à l’expansion, Art Basel innove en amorçant un mouvement inverse qui la voit se concentrer quelque peu cette année. Une fois n’est pas coutume, sa 45e édition, qui se tiendra du 19 au 22 juin, verra une légère contraction du nombre d’exposants, passant de 304 en 2013 à 285 cette année.

La raison en est, une fois encore, un mouvement engagé dans la distribution de ses secteurs, et notamment la migration vers le Hall 2 – le hall principal de la foire – de « Statements », dévolu aux jeunes galeries et artistes émergents. Occupant jusqu’en 2012 une partie du Hall 1 avec « Unlimited », le secteur avait l’an dernier été déplacé dans le nouveau bâtiment qui en assure le prolongement afin de laisser cette dernière section prendre de l’ampleur. Cette extension dessinée par Herzog & de Meuron accueillera cette année un espace au design repensé pour les « Magazines » ainsi qu’un nouvel auditorium pour le « Salon » et les « Conversations ». Au passage, « Statements » connaît une cure d’amaigrissement, se réduisant de 24 à 14 participants. Mais sans doute est-il plus stratégique et porteur pour les jeunes galeries de rejoindre le saint des saints plutôt que de se retrouver esseulées dans un autre bâtiment. De même que, regroupée et concentrée, l’offre globale des galeries devrait être plus lisible et plus rapidement accessible pour le visiteur.

L’arrivée des jeunes pousses dans le Hall 2 se répercute sur le nombre de galeries présentes dans le secteur général, « Galleries », qui décroît quelque peu lui aussi, passant de 245 exposants l’an dernier à 232 aujourd’hui.

Toujours plus « Unlimited »
Avec des galeries en provenance de 34 pays, les équilibres géographiques traditionnels du salon restent inchangés, et confirment une ouverture progressive même si encore timide envers des acteurs venus des régions Asie et Asie-Pacifique. Notables sont ainsi les arrivées de Hanart TZ (Hongkong) et Aye Gallery (Pékin). Leur tiendront compagnie Luxembourg & Dayan (New York), Raquel Arnaud (São Paulo), Susanne Vielmetter (Los Angeles), KOW (Berlin), Raffaella Cortese (Milan) ou Espaivisor (Valence).

En provenance de « Statements » ou de « Feature », quelques-uns font le saut dans le grand bain, parmi lesquels Proyectos Monclova (Mexico), Pedro Cera (Lisbonne), Galleryske (New Delhi, Bangalore), A Gentil Carioca (Rio de Janeiro) ou Herald Street (Londres).
Enfin, côté français, les traditionnels participants que sont Art : Concept, Galerie 1900-2000, Natalie Seroussi, Yvon Lambert, Kamel Mennour, Nathalie Obadia ou Air de Paris sont cette année rejoints par Bugada & Cargnel (Paris) qui intègre la section « Feature ».

Observée l’année dernière, l’expansion importante de « Unlimited » qui occupe l’intégralité du Hall 1 est donc reconduite, avec, toujours à la manœuvre, Gianni Jetzer, l’ancien directeur du Swiss Institute de New York. Ce sont ainsi 78 projets à grande échelle qui sont cette année proposés au public et aux collectionneurs. Devrait certainement attirer l’attention une installation monumentale de Carl Andre, Steel Peneplain, pensée pour la Documenta 7 de Cassel en 1982 et composée de 300 plaques d’acier. Elle est présentée par Konrad Fischer (Düsseldorf). De même que ne devrait pas passer inaperçu un arbre monumental au centre évidé de Giuseppe Penone (Matrice di linfa, 2008) proposé par Tucci Russo (Turin).

Jim Shaw sera à la fête avec Capital Viscera Appliances mural (2012), une large toile de mousseline peinte à l’acrylique dépeignant une éruption de viscères provoquée par la destruction de la colline du Capitole de Washington (Blum & Poe, Los Angeles ; Simon Lee, Londres, Hongkong ; Metro Pictures, New York).

Chez les plus jeunes, Rodney McMillian déploiera une nouvelle installation enveloppante à grande échelle, ici la recréation d’une chapelle à base de vinyle rouge (Susanne Vielmetter). D’autres propositions monumentales émaneront également des artistes Cathy Wilkes (Xavier Hufkens, Bruxelles ; The Modern Institute, Glasgow), Doug Wheeler (David Zwirner, New York), Rita Ackermann (Hauser & Wirth, Zurich), Jack Pierson (Christian Stein, Milan), Nick Mauss (303 Gallery, New York) ou Jõao Maria Gusmão et Pedro Paiva (Fortes Vilaça, São Paulo ; Sies Höke, Düsseldorf ; Zero, Milan).
En extérieur, « Parcours », une nouvelle fois organisé par la directrice du Fonds régional d’art contemporain Champagne-Ardenne, Florence Derieux, est de retour dans le quartier de Klingenthal avec quinze projets envisagés pour le site. Présentant deux sculptures monumentales en forme de fer à cheval, Mark Handforth ne devrait pas manquer de visibilité (Gavin Brown’s enterprise, New York ; Franco Noero, Turin ; Eva Presenhuber, Zurich, et The Modern Institute). De même que Chris Burden avec une vaste installation faite de bancs et lampadaires urbains récupérés (Gagosian, New York). Francesco Arena (Kadell Willborn, Düsseldorf), Jean-Luc Blanc (Art : Concept, Paris) et Mario García Torres (Jan Mot, Bruxelles ; Proyectos Monclova, Mexico), avec une performance prévue le 18 juin, seront également de la partie.

Expériences immersives
Enfin, comme ils l’ont fait une première fois en 2009 pour la présentation d’« Il Tempo del Postino », la Fondation Beyeler, Art Basel et le Theater Basel s’associent afin d’intégrer la performance à la semaine de la foire. Sous l’intitulé « 14 Rooms », c’est dans une exposition de « live art » imaginée par Klaus Biesenbach et Hans Ulrich Obrist que pénétrera le public, à la découverte de travaux liés à la performance de quatorze artistes internationaux. Conçus comme autant d’expériences immersives, ils explorent ici les relations entre le corps et la présence physique, le temps et l’espace. Outre de nouvelles productions de Dominique Gonzalez-Foerster, Ed Atkins ou Otobong Nkanga, on pourra y découvrir des pièces existantes de Roman Ondák, Jennifer Allora et Guillermo Calzadilla, Santiago Sierra ou Marina Abramovic.

ART BASEL

Directeur : Marc Spiegler
Nombre d’exposants : 285
Tarif des stands (section générale) : 690 CHF le mètre carré (564 €)
Nombre de visiteurs en 2013 : 70 000

ART BASEL

Du 19 au 22 juin, Messe Basel, halls 1 et 2, Messeplatz, Bâle (Suisse), www.artbasel.com, tlj 11h-19h.

Les articles du dossier : Art Basel, une mécanique bien rodée

 

  • Redécouvertes et sang neuf ></a></li>
    <li>Des stratégies très élaborées <a  data-cke-saved-href=></a></li>
    <li>Patricia Marshall : « une course effrénée dès l’ouverture » <a  data-cke-saved-href=></a></li>
    <li>Des comités de sélection endogames <a  data-cke-saved-href=

Thématiques

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°415 du 6 juin 2014, avec le titre suivant : Art Basel toujours en mouvement

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque