Dimanche 5 décembre 2021

Foire

Art Antwerp répond aux attentes des amateurs d’art

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 23 novembre 2021 - 698 mots

Art Brussels inaugure une nouvelle foire à Anvers : Art Antwerp, du 16 au 19 décembre. Pourquoi ?

L’idée d’Art Antwerp est née en septembre 2020, en réponse au contexte sanitaire. Toutes les foires internationales étaient alors dans l’impossibilité d’ouvrir. Nous nous sommes dit : « Pourquoi ne pas tenter l’expérience d’une foire d’art organisée à une échelle régionale et néanmoins internationale ? » Le marché a répondu avec enthousiasme à ce projet. Pour limiter notre risque, nous avons décidé de l’organiser dans un lieu géré par Easyfairs et de privilégier un fort ancrage belge, tout en ouvrant la foire aux galeries des pays frontaliers. Malheureusement, le gouvernement belge avait, entre-temps, décrété le confinement national. Mais face à la volonté des galeries, nous avons décidé de la reporter à cette année.

Art Antwerp ne risque-t-elle pas de concurrencer Art Brussels ?

Nombre de galeries qui ne participaient pas à Art Brussels, en raison de sa proximité dans le temps avec Art Cologne et le Gallery Weekend Berlin, par exemple, sont présentes à cette première édition d’Art Antwerp. Il n’y a pas de concurrence à ce stade. Art Brussels se tiendra en avril 2022 en grande partie avec les engagements que nous avions pris en 2020 auprès des galeries, et les derniers comités de sélection d’Art Brussels ont été bouclés en novembre.

Le développement régional est-il une réponse aux stratégies d’expansion de vos concurrentes ?

C’est l’expérience de la première édition qui nous confirmera si, oui ou non, Art Antwerp doit s’inscrire dans la durée. Et si elle peut exister à côté d’Art Brussels. Tout est là pour pérenniser l’événement, mais nous jugerons de la pertinence de son maintien après, et nous ferons évoluer sa formule si nécessaire. Par ailleurs, nous allons également observer comment le monde dans sa globalité répond aux défis qui se posent aujourd’hui : l’empreinte carbone du marché de l’art, le comportement des collectionneurs face à la mobilité, sans oublier la pandémie qui n’est toujours pas vaincue. Art Antwerp répond aux attentes des amateurs d’art, et notamment aux attentes des collectionneurs belges, à savoir de la qualité avant tout, mais aussi de l’audace, de la diversité, des découvertes… Il n’y a ainsi pas que des galeries établies, mais aussi des jeunes galeries présentant des artistes émergents. Toutes sont mélangées dans un esprit qui cadre avec l’esprit d’Anvers.

Quel est cet « esprit d’Anvers » ?

Bruxelles et Anvers sont certes géographiquement proches, mais leur régime linguistique est différent, comme leurs vibrations. Anvers est une ville portuaire, très avant-gardiste en termes de mode, de gastronomie… Son public y est souvent jeune et très habitué des galeries. Par ailleurs, il n’est pas du tout acquis que le public anversois vienne à Art Brussels, et vice versa. Il est donc intéressant d’établir un pont entre les deux villes, d’inciter les amateurs d’art à aller voir plus loin, au-delà des limites de leur ville. Notre objectif est bien sûr aussi de faire connaître Art Antwerp aux collectionneurs du Nord de l’Europe afin qu’ils viennent ensuite nous voir à Bruxelles en avril, et inversement. Les deux foires ont beaucoup de potentiel.

Le pari n’est-il pas risqué ?

Le marché va devoir parler. Nombre de galeries ont décidé de ne plus faire toutes les foires mais d’être plus sélectives dans leurs choix. Parmi celles-ci, beaucoup décident de travailler davantage avec les collectionneurs proches. Par ailleurs, la version Art Brussels online organisée en avril en collaboration avec Artsy, nous a montré que des galeries avaient gagné de nouveaux collectionneurs belges, français, allemands, etc., et qu’il y avait donc du potentiel pour étendre notre réseau de proximité. Nous souhaitons davantage jouer la carte de notre identité afin de nous démarquer face à Art Basel ou la Fiac.

Easyfairs 

Le groupe auquel appartient Art Brussels lance Art Antwerp, sa 2e foire d’art parmi 200 événements organisés dans 14 pays.

59 

C’est le nombre de galeries invitées à participer à Art Antwerp du 16 au 19 décembre 2021, dont 7 galeries françaises (Lelong, Templon, etc.).

 

« Nous remarquons qu’il y a un besoin croissant de rencontres “face-to-face” dans les milieux de l’art et Art Antwerp propose le format idéal tout en garantissant une sécurité maximale. » Nele Verhaeren, Lesoir.be, 28/10/2021

Anne Vierstraete
est directrice générale. Elle co-dirige Art Brussels et Art Antwerp avec Nele Verhaeren.

Thématiques

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°749 du 1 décembre 2021, avec le titre suivant : Art Antwerp répond aux attentes des amateurs d’art

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque