Lundi 17 décembre 2018

Caritatif

50 artistes contre l’autisme

Par Éléonore Thery · Le Journal des Arts

Le 30 janvier 2013 - 472 mots

Artcurial disperse 50 œuvres originales réalisées sur des puzzles au profit d’Autistes sans frontières.

PARIS - Après la déclaration de l’autisme comme grande cause nationale en 2012, le marché de l’art saura-t-il contribuer à faire entendre la voix de cette cause en 2013 ? C’est tout l’objet de la vente organisée le 6 février prochain par Artcurial au profit d’Autistes sans frontières. La mission de cette association : permettre la scolarisation des enfants autistes, mais également être un porte-parole auprès de l’opinion publique et des pouvoirs publics, très en retard sur la question. « L’autisme touche un individu sur  150, voire 100, soit 600 000 personnes en France, c’est un vrai problème de société », précise Aurélie Camm Chapel, responsable de la communication. Artcurial n’en est pas à son coup d’essai : la maison a accueilli une douzaine de ventes caritatives en 2012, pour un produit total d’1,4 million d’euros, soit près d’1 % de son chiffre d’affaires de l’année. « Il s’agit d’une véritable politique de la part d’Artcurial », commente Morgane Delmas, en charge du marketing.

Des artistes mobilisés
Sont en vente les œuvres originales de cinquante-six artistes qui se sont pliés aux règles du jeu de l’association : réaliser un travail sur une empreinte de puzzle de 40 x 32 cm. « Le puzzle, symbole fort de l’autisme illustre la perception morcelée que ces enfants ont de leur environnement, tout en véhiculant la dynamique positive de la reconstruction », souligne l’association. Le catalogue, fort éclectique, réunit des artistes aux univers très différents. Aux côtés de la jeune garde, figurent des artistes à la notoriété bien assise : Gérard Garouste, Philippe Cognée, ou Plantu. La figuration libre d’un François Boisrond côtoie le contemporain Marc Desgrandchamps, ou la très présente scène urbaine, de Speedy Graphito à Jérôme Mesnager en passant par Chanoir. On note également la présence de la dernière œuvre réalisée par Ladislas Kijno, décédé en novembre dernier. L’œuvre d’Alain Godon, quant à elle, présente un véritable défi technique en offrant un point de vue inédit en trois dimensions, grâce à un procédé mélangeant techniques de 3D volumétriques et superposition de plans horizontaux décalés.

La mise à prix est fixée à 300 € pour chaque lot, un prix unique d’usage dans les ventes caritatives. « Les lots partiront certes en fonction de la côte des artistes, mais pour les moins connus d’entre eux, les achats se feront au coup de cœur », annonce Arnaud Oliveux, qui tiendra le marteau lors de la vente. Sans chiffrer précisément ses attentes, la chargée de communication d’Autisme sans frontières a forcément en tête les ventes organisées régulièrement par Artcurial en faveur de l’Unicef ou de Madagascar, pour un produit avoisinant les 500 000 €. Mais quel qu’il soit, le bilan n’aura pas de prix.

AUTISTES SANS FRONTIERES

Nombre de lots : 56
Frais acheteurs : aucun

VENTE AU PROFIT DE L’ASSOCIATION AUTISTES SANS FRONTIÈRES

Le 6 février 2013, 20h, Artcurial, 7 Rond-point des Champs-Élysées, 75008 Paris, exposition publique, 5-6 février, 11h-9h, www.artcurial.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°384 du 1 février 2013, avec le titre suivant : 50 artistes contre l’autisme

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque