Samedi 14 décembre 2019

Ventes publiques

22 œuvres bientôt en vente chez Christie’s pour soutenir le Consortium de Dijon

Par Alexia Lanta Maestrati · lejournaldesarts.fr

Le 30 mai 2018 - 488 mots

PARIS

Christie’s inaugurera sa vente d’art contemporain avec des œuvres données par des artistes et des galeristes au profit du centre d’art.

Le Consortium de Dijon
Le Consortium de Dijon
Photo Twibo2

Fondée en 1977, le Consortium de Dijon souhaite se développer et repenser son système économique. Pour obtenir des fonds, il a sollicité des artistes et des galeristes proches du lieu. Au total, 22 oeuvres passeront sous le marteau de Christie’s lors de la vente d’art contemporain du soir, le jeudi 7 juin 2018.  

Franck Gautherot co-fondateur et co-directeur du Consortium s’en explique au Journal des Arts. « Nous avons décidé de changer de logiciel, d’organiser le fonctionnement d’une meilleure façon. Nous allons construire une librairie et une salle de cinéma.» Le budget de l’institution s'élève entre 1,2 et 1,5 million d’euros. Une moitié des recettes vient de la billetterie et des services de consulting pour le territoire ou pour des institutions, l’autre est de l’argent public (l’Etat, la Ville de Dijon et la région Bourgogne Franche Comté). 

Pour répondre aux ambitions du lieu, il faudrait un budget avoisinant les 2 à 3,5 millions d’euros ; « pour remettre à niveau les salaires, pour faire deux, trois investissements. Ce qui ne serait pas énorme comme budget pour un bâtiment d’une surface de 4 000 mètres carrés qui organise chaque année trois cycles d'expositions, avec au moins trois expositions par cycle » précise le directeur.

La vente s'insère dans la vacation du soir qui présentera en tout 44 lots estimés entre 13,4 et 19,4 M€ (hors frais). Le premier ensemble, consacré à l’institution dijonnaise, devrait rapporter entre 885 000 et 1,2 million d’euros. Les estimations vont de 8 000 à 200 000 euros pour chacun des lots. Parmi les lots phares, ce sont les américains qui dominent avec trois oeuvres estimées au delà de 100 000 € ; Can de Joe Bradley, une œuvre sans titre de Wade Guyton estimées entre 150 000 et 200 000 euros, et une oeuvre sans titre de Christopher Wool estimée entre 100 000 et 150 000 euros. Egalement à l’encan ; Ugo Rondinone, Richard Prince, Pierre Huygue, Xavier Veilhan, ... 

Tous les artistes présentés, à l'exception de Sturtevant et de François Morellet, sont vivants et ce sont eux, accompagnés de leurs galeristes (Kamel Mennour, Almine Rech, Chantal Crousel, Thaddaeus Ropac, etc) qui ont fait don de leurs oeuvres. Pour le Consortium, la sélection des artistes fut difficile. « Nous avons choisi les artistes selon la logique du marché. Ça nous a posé énormément de problèmes vis à vis d’autres artistes avec qui nous avons travaillé pendant longtemps mais qui ne sont pas des grands succès de ventes aux enchères. Il faut jongler avec les notions de marché, de proximité intellectuelle, affective et historique. » 

Il s’agit « de la première et de la dernière fois. Nous n’allons pas chaque année solliciter les artistes en demandant une donation pour faire une vente ». conclut le directeur. Pour la suite, l'institution compte notamment développer le mécénat. 

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque