Vendredi 19 octobre 2018

L’Université de Californie du Sud et le MOCA sur la route du partenariat

Par Anouk Rijpma · lejournaldesarts.fr

Le 10 décembre 2012 - 440 mots

LOS ANGELES (ETATS-UNIS) [10.12.12] – La prestigieuse Université privée de Californie du Sud (USC) et le MOCA, envisagent un partenariat stratégique visant à élever les missions des deux institutions. De nombreuses voix craignent néanmoins que l’accord n’aboutisse à une perte d’autonomie du musée rencontrant alors des difficultés financières.

D’après une interview accordée mardi par le prévôt de l’Université privée de Californie du Sud (USC), Elizabeth Garrett a déclaré au Los Angeles Times que l’USC et le MOCA envisageaient un « possible partenariat, visant à améliorer les missions des deux institutions ». Certains s’inquiètent déjà que cet accord n’aboutisse à une éventuelle perte d’autonomie du musée californien, à l’exemple du Hammer Museum affilié à l’UCLA depuis 1994. Cette dernière, lui apporte en effet deux millions de dollars par an, soit 13% de son budget aujourd’hui évalué à 17,2 millions de dollars.

Pourtant, si les spéculations vont bon train, les discussions n’en demeurent qu’au stade préliminaire. Les deux parties concernées - Elizabeth Garrett et la porte-parole du musée, Lyn Winter – s’étant par ailleurs, refusées à en dire davantage.

Bien que le MOCA, fort d’une collection de 6000 pièces, figure parmi les institutions culturelles les plus respectées, elle n’en est pas moins financièrement fragile, et ce depuis dix ans. La problématique avait notamment fait l’objet de débats houleux au moment du licenciement de l’ancien conservateur en chef Paul Schimmel.

Evaluer la mauvaise santé financière de l’institution muséale qui reçoit 29 millions de dollars de subventions publiques, est difficile. Les responsables du musée ont tenu à garder confidentiels, les bilans financiers de l’année 2011-2012 et de l’année en cours. Les seules informations mises à disposition de l’extérieur, proviennent de son principal donateur, Eli Broad, ayant fait état dans une tribune du Times, d’un montant de 14,3 millions de dollars pour le budget 2012-2013.

Le même Broad s’apprête en outre, à mettre à la disposition du public en 2014 sa propre collection. Et ce, sur l’autre rive de la Grand Avenue, là où se trouve le MOCA.

L’USC pour sa part, semble bien décidée à tirer profit de convergences multiples avec le monde de l’art. Si l’université californienne s’attèle depuis un an, à une campagne de collecte de fonds, la plus ambitieuse jamais menée, avec l’objectif de récolter six milliards de dollars d’ici 2018, elle compte déjà parmi ses partenaires le Fisher Museum of Art disposant d’une collection d’environ 1800 œuvres, lequel propose également régulièrement des expositions d’art contemporain et de peintures anciennes. Mais également, la Roski School of Fine Art qui tient son nom de l’un de ses plus importants donateurs : le promoteur Ed Roski et sa femme artiste Gayle Garner Roski.

Légende photo

University of Southern California (USC) George Finley Bovard Administration Building - © Photo greatdegree - 2010 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque