L’Italie lance un signal qui se veut fort en faveur du Patrimoine

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 7 octobre 2013 - 628 mots

ROME (ITALIE) [07.10.13] – Les parlementaires ont voté un décret-loi en faveur de la Culture et de la protection du patrimoine en Italie, texte qui fait particulièrement allusion à l’administration et à la protection du site de Pompéi. Enrico Letta, président du Conseil italien, se félicite de cette grande avancée, première mesure significative de relance dans ce domaine.

Après approbation du Sénat, la chambre des députés italienne a adopté à une large majorité (323 voix pour, 17 contre), et sans aucun amendement, un décret-loi daté du 8 août 2013 portant sur les dispositions urgentes à prendre pour la gestion, la valorisation, et la relance de l’activité culturelle en Italie (Disposizioni urgenti per la tutela, la valorizzazione, e il rilancio dei beni et delle attività culturali e del turismo). Ce texte répond à « l’urgente nécessité de garantir l’adoption de mesures immédiates en matière de gestion, de restauration, et de valorisation du patrimoine culturel italien, en particulier pour les sites de Pompéi, d’Herculanum, et de la Torre Annunziata ».

Le décret-loi prévoit la création d’une entité juridique spécifique, l’Unità Grande Pompei, pour améliorer la coordination sur le site et son accès. Ce nouvel organisme autonome sur le plan comptable et administratif disposera de la capacité juridique pour recueillir dons et libéralités. Il prévoit également la nomination d’un directeur général à sa tête, pour surveiller la bonne application de la réglementation. Celui-ci aura pour mission principale d’identifier les urgences en matière de sécurité et de restauration, d’assurer le bon déroulement des appels d’offres, et d’améliorer la gestion du site en contrôlant notamment ses dépenses. Le directeur prendra en charge l’administration du nouveau « Projet Pompéi » et pourra, à cet effet, s’entourer d’une équipe de 20 personnes au maximum, toutes membres de l’administration d’Etat, et de 5 experts en matière juridique, économique, architectonique, urbanistique, et d’infrastructures.

Un comité de gestion devrait être créé, composé du ministre des Biens Culturels et du Tourisme, du ministre de la cohésion territoriale, du président de la région de la Campanie, du président de la province de Naples, des maires des communes concernées, et des représentants des organismes publics ou privés sollicités. Autre mesure phare de ce décret-loi, le déblocage de 14 millions d’euros pour soutenir les musées en Italie. 8 millions sont consacrés au projet « Nuovi Uffizi », qui vise à la rénovation des Offices à Florence, et 4 millions à la construction d’un nouveau Musée national de l’Hébraïsme et de la Shoah, à Ferrare. Une enveloppe de 2 millions d’euros doit aller à la restauration du mausolée d’Auguste à Rome.

Pour Enrico Letta, président du Conseil italien, c’est une première main tendue par le gouvernement au secteur culturel qui souffre depuis plusieurs années en raison de la crise : « E il primo segnale di inversione di tendenza che il governo vuole dare di investimento nel campo della cultura. La cultura e il cuore del nostro paese et la possibilità di attrare investimenti e una delle nostre priorità » (C’est le premier signe d’un revirement de politique du gouvernement en faveur de l’engagement de l’Etat dans la Culture. La Culture est l’âme de notre pays. Une de nos priorités est la possibilité d’attirer les investisseurs ).

En Italie, la crise et la mauvaise gestion de l’ex-gouvernement Berlusconi, ont affecté gravement le patrimoine culturel. Le directeur du Musée d’Art Contemporain de Casoria près de Naples, Antonio Manfredi, avait lancé en 2012 un cri d’alarme en commençant à brûler ses œuvres pour protester contre les importantes coupes budgétaires dans le domaine de la Culture. En juillet 2013, l’Institut Européen pour les Statistiques (EUROSTAT) a relégué l’Italie à l’avant-dernière place (juste devant la Grèce), des pays investissant dans la Culture, lui consacrant seulement 1,1 % de son PIB contre une moyenne européenne de 2,2 %.

Légende photo

Enrico Letta - Président du Conseil d'Italie depuis le 27 avril 2013 - © Photo Andreas Carant - 2009 - Licence CC BY-SA 2.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque