Samedi 24 février 2018

L’interdiction de l’exposition « Our Body, à corps ouvert » confirmée par la cour d’appel

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 30 avril 2009

PARIS [30.04.09] – La cour d’appel de Paris a confirmé l’interdiction de l’exposition anatomique « Our Body, à corps ouvert », invoquant le doute entourant l’origine des corps.

Jean-Claude Magendie, le premier président de la cour d’appel de Paris, a confirmé jeudi 30 avril l’interdiction de l’exposition anatomique « Our Body, à corps ouvert », ce qui est une décision extrêmement rare en France, rapporte l’AFP. Il a justifié sa décision par l’incertitude qui plane sur l’origine des corps, qui était le motif de la plainte déposée par les associations « Solidarité Chine » et «Ensemble contre la peine de mort ». Selon la décision de la cour d’appel, « La société Encore Events (organisatrice de l’exposition) ne rapporte pas la preuve, qui lui incombe, de l’origine licite et non frauduleuse des corps litigieux et de l’existence des consentements autorisés ».

Le 21 avril, le juge des référés de Paris Louis-Marie Raingeard avait ordonné la fermeture de l’exposition « Our Body, à corps ouvert », en raison de l’indécence de l’exposition, qui mettait en scène des cadavres humains. Selon lui, l’exposition nuisait à la dignité du corps humain et utilisait l’exhibition anatomique à des fins purement mercantiles. La société Encore Events, qui avait déjà présenté l’exposition à l’étranger, à Lyon et à Marseille avait alors fait appel de ce jugement, déclarant que les personnes exposées avaient donné leur consentement de leur vivant, et estimant que l’exposition de cadavres humains était chose courante dans le monde et avait un intérêt scientifique.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque