L'Institut d'art contemporain de Londres lutte pour sa survie

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 26 février 2010

LONDRES (ROYAUME-UNI) [26.02.10] – Le centre d’art contemporain de Londres, affichant un déficit de plus d’un million de livres et menacé de fermeture en mai 2010, prévoit des mesures drastiques.

Les choses ne s’arrangent pas pour l’Institut d’art contemporain de Londres (ICA) suite à la révélation en janvier 2010 de son déficit d’exploitation. Des licenciements économiques qui devraient toucher un tiers des postes sont prévus. De plus, le Art Council England retient la moitié d’une subvention (1,2 millions de livres) tant que le Conseil de financement n’aura pas rendu les résultats de son enquête sur la gestion du centre.

Alan Taylor, membre et président du Conseil et du Comité de Finances de l’ICA a commencé à tirer la sonnette d’alarme dès janvier 2009. « Nous avons compris qu’il allait y avoir des pertes considérables » a-t-il déclaré. L’année 2009 s’ouvrait avec un déficit de 100 000 livres qui a connu une escalade fulgurante pour arriver à un million de livres – sur un budget total d’environ 5 millions de livres – en incluant les éventuelles indemnités de licenciements.

Selon Taylor, les causes de ce « sinistre » ne sont pas dues à un échec de la gestion comptable. Pour lui, cette situation est le résultat d’un enchaînement de facteurs défavorables. Entre autres : la récession économique, une vente de charité chez Sotheby’s en octobre 2008 qui n’a pas atteint les résultats escomptés ou encore la baisse des revenus sur la location d’une partie des locaux.

Par ailleurs, contrairement à d’autres institutions, l’ICA ne possède de fonds de dotation permanent a déclaré Ekow Eshun, directeur artistique du centre. Néanmoins il admet aussi des failles de l’organisation de la structure générale de l’institution.

Avis que ne partage pas J.J Charlesworth, critique dans la revue Mute, selon lequel l’ICA est « dangereusement dépendant d’une stratégie de développement instable et imprévisible avec des revenus provenant de contrats de sponsoring de projets de marketing de plus en plus éloignés de sa programmation de base ».

En attendant les résultats et la décision de la Charity Commission, les dirigeants restent optimistes et aucune démission n’est prévue au sein de la direction.

Fondé en 1947 par un groupe d’artistes, d’écrivains et de mécènes, l’ICA a été l’une des rares institutions à introduire l’art avant-gardiste d’après-guerre en Grande-Bretagne. Le centre a accueilli des expositions personnelles de Damien Hirst ou encore Marlene Dumas.

Le site Internet de l'ICA

Légende photo

Institut d'art contemporain (ICA) - © D.R.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque