L’inscription de l’œuvre de Le Corbusier au patrimoine de l’UNESCO est reportée

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 29 juin 2011 - 532 mots

PARIS [29.06.11] – « La décision concernant la candidature de l’œuvre architecturale de Le Corbusier a été différée à un prochain comité du patrimoine mondial », vient d’annoncer l’UNESCO. Après une première vaine tentative en 2009, la candidature de Le Corbusier au patrimoine de l’humanité avait été présentée en 2011 par la France et cinq autres pays.

Depuis le 19 juin 2011, se tenait à Paris la 35e session du Comité du patrimoine mondial de l’UNESCO. Jusqu’au 29 juin 2011, ce comité se sera réuni en plusieurs sessions afin de choisir parmi les sites candidats ceux qui méritaient d’être distingués pour leur « valeur universelle exceptionnelle ». L’œuvre architecturale de Le Corbusier faisait partie des dossiers proposés par la France. Mais, le 28 juin 2011, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture a décidé de différer sa décision concernant l’inscription de cette candidature à un prochain comité. Ce qui laisse à la France un nouveau délai pour représenter la demande de reconnaissance de l’œuvre de Le Corbusier. Après le rejet de ce dossier à Séville en 2009, ce report a déçu.

L’inscription de l’œuvre de Le Corbusier au patrimoine de l’UNESCO avait été compromise lorsque le conseil international des monuments et des sites (Icomos) chargé de son examen avait rendu un avis plutôt négatif à son sujet. L’Icomos avait notamment critiqué le fait que ce soit une série d’œuvres de l’architecte qui ait été présentée et non pas des œuvres prises individuellement. De plus, l’Icomos avait jugé cette liste trop longue. Pourtant, malgré les critiques des experts, Paris avait maintenu la candidature de Le Corbusier le 24 juin.

La France ainsi que les cinq autres pays qui s’étaient associés pour soutenir cette candidature, l’Allemagne, l’Argentine, la Belgique, le Japon et la Suisse, auraient tenté de reporter son examen après la démission de Rama Yade, ambassadrice de la France auprès de l’UNESCO. Selon Marc Petit, président de l’Association des sites Le Corbusier, le jour de l’annonce de cette démission, les six pays porteurs du dossier se réunissaient à Paris. Ils auraient alors décidé de ne pas proposer au comité l’inscription du dossier sur la liste du patrimoine mondial, mais le report de cette candidature. Celle-ci n’aura donc pas été soumise au vote des 21 pays ayant composé cette année le Comité du patrimoine mondial.

Le dossier Le Corbusier comprenait l’œuvre de l’architecte à travers 6 pays, 18 villes et 19 monuments. Parmi ces 19 monuments, réalisés entre 1912 et 1965, 12 sont situés en France. Les Maisons de La Roche et Jeanneret ainsi que le Pavillon suisse de la Cité universitaire à Paris, l’Immeuble Molitor à Boulogne Billancourt, les maisons Jaoul à Neuilly-sur-Seine, la Villa Savoye à Poissy, la Cité radieuse à Marseille ou encore le Centre de récréation du corps et de l’esprit de Firminy constituent autant de symboles de ce renouveau urbanistique et de cette architecture idéale créés par Le Corbusier.

Mais, le 28 juin 2011, ce sont les plateaux des Causses et des Cévennes qui ont été inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, le lendemain de l’inscription des sites palafittiques préhistoriques des Alpes. La Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO comprend déjà plus de 900 biens.

Légende photo

Le Corbusier - Maison La Roche-Jeanneret - © photo Vid395 - 2011 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque