Les vernissages dans les galeries parisiennes :
semaine du samedi 31 mai au vendredi 6 juin 2008

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 30 mai 2008

Après quelques semaines de forte activité, les vernissages se font moins nombreux. Cette semaine les photographes sont à l’honneur, un fait assez rare dans les galeries parisiennes pour être remarqué. Quelques peintres et sculpteurs sont également exposés. Rappelons enfin que les Portes Ouvertes du Carré Rive Gauche et de Saint Germain des Près continuent tout le week end du 31 mai.

Samedi 31 mai

  • La new galerie de France présente Synonym de Florian Schmidt.
    Vernissage de 15h à 20h.
    54, rue de la verrerie, 75004 Paris. Métro Hôtel de Ville. Ouvert jusqu’au 12 juillet, du mardi au samedi de 11h à 19h.
    Site Internet : www.newgaleriedefrance.com
  • La galerie Daniel Templon inaugure Im Zimmer de Jörg Lozek et expose des oeuvres récentes de Larry Bell. Jörg Lozek est un jeune peintre allemand de l’école de Leipzig. Inspiré par des anciennes photographies d’archives des années 30 ou par l’esthétique réaliste-socialiste, il compose des intérieurs ambigus qui semblent en cours de destruction ou de reconstruction. Il utilise souvent le même personnage central dans ses compositions : un jeune homme aux traits cachés, à la fois adulte et enfant. Peut être un autoportrait ? Pour l’artiste, sa peinture est une réflexion sur l’espace mental du tableau : à la fois plan, architecture et lieu de mémoire.
    Larry Bell est un sculpteur qui travaille avec la lumière. Ses œuvres semblent au premier abord minimalistes: ce sont des cubes d’aluminium et de verre. Les faces des cubes sont à la fois transparentes et réfléchissantes. Ainsi, lorsque le spectateur se déplace, l’œuvre se transforme, se colore, évolue, les reflets passent de l’extérieur à l’intérieur du volume. Une œuvre minimaliste donc, mais aussi phénoménologique et sensible.
    Vernissage de 12h à 20h.
    30, rue Beaubourg, 75003 Paris. Métro Rambuteau. Ouvert jusqu’au 19 juillet, du lundi au samedi de 10h à 19h.
    Site Internet : www.danieltemplon.com
  • La galerie Xippas propose deux expositions de Yvan Salomone et Jorge Satorre.
    Yvan Salomone peint des aquarelles intrigantes : il représente des paysages portuaires désertés, envahies de containers, de cargos et autres vestiges industriels. Investies d’un champ autobiographique prégnant, ses aquarelles laissent entrevoir ses obsessions et sa solitude, sans toutefois nous donner de véritables clefs de lecture. Plusieurs formes reviennent inlassablement, comme le motif de la grille ou du bloc. La cohabitation du médium, plutôt doux, avec le sujet, angoissant, et la dimension autobiographique, assez mystérieuse, dans un même espace, génère des œuvres décalées et énigmatiques. Jorge Satorre est un jeune artiste mexicain. Ses recherches tournent autour de la référence historique et artistique et se traduisent par une utilisation du dessin et de la vidéo comme archive. Pour exemple, son voyage à Los Angeles sur les traces de Chris Burden reprend la performance Shoot, et devient par le biais de la documentation produite une expérience personnelle. Jorge Satorre utilise dans la même démarche la communication orale, comme témoignage, comme outil relayant la mémoire artistique et historique.
    Vernissage à partir de 15h.
    108, rue Vieille du Temple, 75003 Paris. Métro St Sébastien Froissard. Ouvert jusqu’au 26 juillet, du mardi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 19h.
    Site Internet : www.xippas.com

Mardi 3 juin

  • La galerie Olivier Waltman présente Alvéoles de Jean-Pierre Attal.
    Cet artiste se définit comme « un archéologue social de la strate humaine ». Ses photographies de la série Alvéoles nous montrent des façades de bureaux contemporains : les vitres sont ouvertes et laissent apparaître la ruche des employés. Tout comme Gursky, Attal rend compte de la névrose de la répétition : à tous les étages, les mêmes dispositions, les mêmes open spaces, les mêmes salles de réunions, les mêmes employés, la même standardisation. Au-delà du constat social, Attal s’intéresse également à l’aspect graphique de ces façades et à l’évolution de l’architecture moderne, qu’il juge plutôt chaotique. Vernissage de 18h à 22h en présence de l’artiste.
    74, rue Mazarine, 75006 Paris. Métro Odéon. Ouvert jusqu’au 5 juillet, du mardi au samedi de 10h30 à 13h, et de 14h à 19h30.
    Site Internet : www.galeriewaltman.com

Jeudi 5 juin

  • La galerie Bailly contemporain inaugure les expositions de Rao Songqing et de Dominique Douieb.
    Rao Songqing est un jeune peintre chinois. Ses œuvres donnent à voir des paysages brumeux, neigeux, inhabités. Influencé par la tradition picturale chinoise, la peinture est pour lui une quête de sens sur l’âme des hommes. Peintre du voyage, il regarde et analyse ses pairs, et les représente souvent dans une attente et un calme méditatif.
    Dominique Douieb présente une série de photographies noir et blanc consacrées au corps féminin. Longtemps photographe pour des agences de publicité, il adopte aujourd’hui une démarche plus personnelle. Sur ses photographies, les corps sont sculptés grâce à la lumière. Les fonds noirs jouent en contraste avec le blanc de la chair, et donnent à voir une représentation de l’anatomie très graphique. Les images sont très dynamiques, et gardent la séduction d’une image de mode, tout en faisant preuve d’une recherche visuelle et esthétique.
    Vernissage à 18h.
    25, quai Voltaire 75007 Paris. Métro Rue du Bac. Ouvert jusqu’au 30 juillet, du lundi au vendredi de 9h30 à 13h, et de 14h à 18h30 ; le samedi de 12h à 18h.
    Site Internet : www.galeriebaillycontemporain.com
  • La galerie Seine 51 présente Aleyo de Sophie Elbaz. Photoreporter de formation, Elbaz se consacre depuis 1995 à son travail personnel. A la même époque, elle découvre Cuba. Aleyo est une série de photographies qui rend compte de ce voyage, et qui tourne autour de 3 grands thèmes : le sacré, le corps et la politique. L’artiste nous livre une lecture inédite et loin des clichés d’une culture cubaine à laquelle elle rend hommage : c’est « un cri de vie aux couleurs d’une terre qui m’est essentielle et témoigne d’un héritage qui a résisté, jusqu’à peu, aux colonisations et à 50 ans de pensée marxiste léniniste. »
    Vernissage à partir de 18h.
    51 rue de seine, 75006 Paris. Métro St Germain des Prés. Ouvert jusqu’au 12 juillet, du mardi au samedi de 11h à 13h et de 14h30 à 19h30.
    Site Internet : www.seine51.com
Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque