Les ventes d’art contemporain de Paris chez Christie’s et Sotheby’s se tassent

Par Nathalie Eggs · lejournaldesarts.fr

Le 8 décembre 2014 - 730 mots

PARIS [08.12.14] – Les résultats des ventes d’art contemporain de Christie’s et Sotheby’s qui se sont tenues à Paris la semaine dernière marquent un léger repli. Si Christie’s devance sa rivale dans la discipline ce semestre, Sotheby’s réaffirme son leadership sur toute l’année.

Avec un résultat de 24,9 millions d’euros pour Christie’s et de 22,17 millions d’euros pour Sotheby’s, les succursales parisiennes des deux maisons de ventes ne parviennent pas à faire mieux que l’année dernière. En combinant les sessions du soir et du jour, les adjudications sont en baisse de 4 % à 47,09 millions d’euros. Plusieurs enchères millionnaires ont néanmoins été portées sur des œuvres inédites sur le marché, notamment sur une toile d’Andy Warhol, en tête des ventes chez Sotheby’s, qui revendique son leadership sur le marché de l’art contemporain parisien pour l’année 2014 (51,1 millions d’euros sur l’année).

La vente du soir d’art contemporain de Sotheby’s a récolté mercredi 3 décembre un total de 16,2 millions d’euros, soit un résultat en baisse de 18 % par rapport à la vacation de décembre 2013 qui ne proposait que 32 lots et qui avait récolté 20 millions d’euros. Encore une fois, les œuvres inédites sur le marché se sont distinguées parmi les 30 lots proposés (86,7 % vendus).

La plus haute enchère (2,337 millions d’euros) a donc été portée pour une œuvre d’Andy Warhol, Ladies and Gentleman (Wilhemina Ross). Cette acrylique et encre sérigraphique peinte sur toile en 1975 n’avait jamais été revue sur le marché depuis son acquisition, l’année de sa création. Kazuo Shiraga a également suscité l’intérêt des collectionneurs, sans pour autant dépasser le record mondial enregistré en juin dernier à Paris avec l’œuvre Gekidou Suru Aka (1969) vendue 3,9 millions d’euros. Cette fois-ci, l’huile sur toile Chishusei Kanchikotsuritsu, jamais vue en vente publique, a été cédée pour 2 millions d’euros (estimée entre 1 et 1,5 million d’euros). Succès également pour m.b.2 (Mariale) de Simon Hantaï : les 2 millions déboursés pour cette huile sur toile de la série des M.B dont on ne connaît que six œuvres dans le monde en font le deuxième prix mondial le plus haut pour l’artiste. La quatrième enchère millionnaire revient à un mobile d’Alexandre Calder, Sans Titre, en métal peint et fer, adjugé 1,6 million d’euros. Offert par l’artiste en 1947 à un médecin new-yorkais, l’œuvre n’était jamais apparue sur le marché.

Les onze œuvres vendues au profit du Magasin de Grenoble ont également fait de beaux scores. Mappemonde, œuvre réalisée et donnée par Adel Abdessemed, a été vendue 43 500 euros, en dessous de son estimation basse mais c’est un record pour l’artiste en France. La vente d’art contemporain du jour a quant à elle rapporté 5,8 millions d’euros. Dépassée par Christie’s lors de ces dernières ventes, Sotheby’s est néanmoins leader sur le marché de l’art contemporain en France pour toute l’année. En juin dernier, Sotheby’s avait enregistré son meilleur résultat dans la discipline (28,6 millions d’euros, dont 22,7 millions récoltés lors de la vente du soir).

De son côté, Christie’s réalise un résultat combiné de 24,9 millions d’euros entre la vente du jour (7,5 millions d’euros) et la vente du soir (17,3 millions d’euros) d’art contemporain, qui se tenaient à Paris les 2 et 3 décembre. Soit un résultat équivalent à celui de l’an dernier.

85 % des 210 lots proposés ont trouvé preneurs. C’est Jean-Michel Basquiat qui a dominé la vente avec Icon 6, adjugé 1,8 million d’euros, dans la fourchette de son estimation (1,2 -1,8 million d’euros), suivi de quatre autres enchères millionnaires : L’échiquier, grand, conçu en 1959 par Germaine Richier est parti pour 1,5 million d’euros (est. 600 000 - 800 000) ; l’œuvre 25.2.65 de Zao Wou-ki a été adjugée 1,3 million d’euros ; They Never Appeared with the White, peint en 1973 par Joan Mitchell a été vendu 1,2 million d’euros tandis que l’œuvre de Kazuo Shiraga, Sans titre (BB104), a trouvé preneur pour 1,1 million d’euros.

Sur les 178 lots vendus, 11 nouveaux records mondiaux ont été atteints, notamment pour les artistes Henri Darger (601 500 euros pour une œuvre Sans titre réalisée vers 1940-1960) et Christo (pour Wrapped object, réalisé en 1961 et vendu 481 500 euros). 100 % des lots de la collection Dagny et Jan Runnqvist et 92 % d’une collection belge de Nouveau Réalisme ont été acquis.

Note

Toutes les adjudications sont indiquées frais compris tandis que les estimations sont indiquées hors frais.

Légendes photos

Alexander Calder, Sans titre, (c. 1947) - Sotheby's Paris - Vente du 4 décembre 2014 - Estimatation 800 000 / 1 200 000 € - Adjugé 1 609 500 € (frais compris)

Simon Hantaï, m.b.2 (mariale), huile sur toile, 1960-1961 - Estimation 1 800 000 / 2 200 000 € - Adjugé 2 001 500 € (frais compris)
© photos Sotheby's / www.sothebys.com 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque