Les tops et les flops des ventes publiques de la semaine

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 10 décembre 2009 - 410 mots

PARIS [10.12.09] – Succès pour les vins de la Tour d’Argent, déception pour les sculptures d’Ousmane Sow et records en série pour la vente des maîtres anciens chez Christie’s à Londres : un dessin de Raphaël s’est vendu à 32 millions d’euros, tandis qu’un tableau de Rembrandt a atteint 22 millions d’euros.

La maison de ventes Piasa proposait aux enchères une partie de la cave du célèbre restaurant parisien La Tour d’argent, les 7 et 8 décembre.
Près de 18 000 bouteilles de vin et spiritueux, portant l’estampille de la cave prestigieuse, ont été vendues pour un total de plus d’1,5 millions d’euros, dépassant largement l’objectif fixé à 1 million d’euros. Tous les lots ont trouvé acquéreurs, des grands Bourgognes aux Côtes-du-Rhône.
Le clou de la vente était une bouteille de cognac du Clos du Griffier, datant de 1788, adjugée pour 25 000 euros au profit d’une œuvre caritative.
Cette vente représente 4 % de la cave de la Tour d’argent, qui contient encore 420 000 bouteilles.

A Paris toujours le 8 décembre, les sculptures d’Ousmane Sow n’ont pas rencontré l’enthousiasme des acheteurs. L’artiste mettait en vente chez Christie’s dix œuvres originales exposées sur le Pont des Arts en 1999, pour financer son projet de « musée des Grands Hommes » au Sénégal.
Seules deux sculptures ont trouvé acquéreur, les huit autres n’atteignant pas leur prix de réserve.

Le même jour, c’est Londres qui crée la sensation, avec une vente chez Christie’s qui établit une pluie de records pour les maîtres anciens.
Un dessin de Raphaël a créé la surprise en atteignant le prix record de 29,16 millions de livres (32,19 millions d’euros). « Tête de muse » , exécuté entre 1510 et 1511, est sans doute un travail préparatoire pour la Chambre de la Signature au Vatican. Le dessin établit ainsi un record pour une œuvre de Raphaël proposée en enchères publiques, un record pour une œuvre graphique, et le second prix le plus élevé en enchères pour une peinture ou un dessin de maître ancien, derrière Le Massacre des Innocents de Rubens, adjugé à 49,5 millions de livres en 2002 chez Sotheby’s.

Cette enchère a presque éclipsé la vente du tableau « Portrait d’homme » de Rembrandt, peint en 1658, qui devait être le lot phare de la soirée. Adjugé à 20,2 millions de livres (22, 37 millions d’euros), le portrait établit un nouveau record pour l’œuvre de Rembrandt, et devient la cinquième œuvre la plus chère vendue aux enchères pour un maître ancien.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque